Dernière mise à jour le : 23 juin 2019

Comment s'organise la gestion de l'eau en Bretagne ?

Pour atteindre les objectifs fixés par la directive cadre sur l’eau, la Bretagne doit mettre en œuvre un panel d’actions répondant aux orientations du schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) du bassin Loire-Bretagne. Philippe Seguin de l’Agence de l'eau Loire-Bretagne et Thibault Coll de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement en Bretagne nous expliquent comment le Sdage est décliné localement en Sage et comment son application progresse dans la région.

Comment s'organise la gestion de l’eau en Bretagne ?

Pour la gestion de ses eaux, la Bretagne est rattachée au bassin Loire-Bretagne qui représente 28 % de la surface métropolitaine. Dans ce grand ensemble hydrographique, la Bretagne géographique correspond quasiment au bassin « Vilaine et côtiers bretons ». La gestion de l’eau en Loire - Bretagne s’appuie sur un schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) qui transpose les exigences de la directive cadre sur l’eau. Cette dernière demande notamment d’atteindre le bon état écologique pour toutes les eaux d’ici 2027 et définit des orientations pour y parvenir.

Le comité de bassin Loire – Bretagne vote tous les 6 ans (rythme issu de la directive cadre sur l’Eau) un nouveau schéma directeur, ce qui permet d’ajuster les orientations pour répondre aux objectifs. Ce comité est composé d’élus, de représentants socio-professionnels, associatifs et des services de l’État, soit 190 membres.

Le Sdage est lui-même décliné localement par le biais des schémas d’aménagement et de gestion des eaux qu’on appelle les Sage, autres documents de planification dans le domaine de l’eau créés par la loi de 1992. Ces Sage se déploient à l’échelle de bassins versants le plus souvent reliés à un estuaire ou à des entités hydrographiques ayant des problématiques communes.

Les Sage sont rédigés par des commissions locales de l’eau qui sont des instances de concertation. Pour le volet opérationnel, les actions mises en œuvre sont de nature variées si bien qu’elles font intervenir une grande diversité d’acteurs. Citons par exemple, ceux responsables de la gestion de l’eau potable ou de l’assainissement, les industriels et les agriculteurs pour maîtriser leurs impacts, les services de l’État pour l’application de la réglementation notamment sur les zones humides, les porteurs de contrats de bassin versant pour de nombreuses actions menées sur les milieux aquatiques, etc. Ces actions bénéficient d’un appui financier et technique de l’Agence de l’eau Loire – Bretagne, du conseil régional et des conseils départementaux de la Bretagne.

Tous les cours d’eau de la Bretagne sont couverts par un Sage, ce qui n’est pas toujours le cas dans d’autres régions. On en compte 21 à des niveaux d’avancement variés.

 

bassin-loire-bretagne-infographie

 

Qu’est-ce que le « bon état » des eaux ?

La définition du « bon état » dépend de la nature de l'eau considérée. Pour les eaux de surface, on évalue d'une part l'état écologique à partir de paramètres biologiques (poissons, invertébrés, etc.) et d'autre part l'état chimique, en surveillant pour cela une quarantaine de micro-polluants spécifiques. L’état écologique d’une masse d’eau est considéré comme bon lorsque les écosystèmes aquatiques fonctionnent bien. Sa biodiversité ne s’éloigne alors que modérément d’une biodiversité originelle sans intervention de l’homme. Le bon état des eaux souterraines prend également en compte leur état chimique mais il a la spécificité d'évaluer leur état quantitatif.

Pour s'assurer que 100 % des eaux en Bretagne auront atteint un bon état d'ici 2027, l'Agence de l'eau Loire - Bretagne surveille 509 masses d'eau. Ces dernières sont des ensembles homogènes du point de vue de leurs caractéristiques, appartenant à des portions de cours d'eau, d'eau côtières ou de nappes souterraines, ainsi qu'à des plans d'eau et des estuaires.

 

Le bon état global d'une masse d'eau reflète le bon état de tous les paramètres qui la définissent. Ainsi une masse d'eau de surface est considérée en bon état si son état écologique et son état chimique sont tous deux au moins en bon état. Pour une masse d'eau souterraine, ce sont l'état chimique et l'état quantitatif qui doivent tous les deux être en bon état.

 

 

Quel est l'état de l'eau en Bretagne ?

L'Agence de l'eau Loire - Bretagne a mené une évaluation de l'état des eaux en Bretagne en 2013. Les résultats montrent une grande diversité de situations ; certaines masses d'eau ont déjà atteint l'objectif 2027, d'autres en sont encore loin.

 

Mon territoire

 

Qui contacter ?

Fabrice Craipeau, AELB : Tél. 02 96 33 09 72 – courriel
Michèle Vallet, Dreal Bretagne : Tél. 02 99 33 44 51 - courriel

 

Actualités

reseaux_sociauxSuivez l'actualité du bassin Loire-Bretagne et d'autres informations écocitoyennes sur la page Facebook Ecocitoyens en Bretagne.

Consultez le rapport final sur la Consultation du public sur l’avenir de l’eau et des milieux aquatiques (paru en mai 2019)

 

Auteurs : Emmanuèle Savelli (OEB)
Collaborateurs : Philippe Seguin (AELB) et Thibault Coll (Dreal Bretagne)

Contenus associés

Choix de la rédaction

GEST'EAU : toutes les informations sur mon Sage

Les Schémas d'aménagement et de gestion des eaux (Sage) définissent les objectifs et les règles pour une gestion intégrée de l'eau au niveau local. Une fois approuvés, les SAGE ont une portée réglementaire. Ce lien permet d'obtenir toutes les informations sur le (ou les) Sage dont dépend votre commune : caractéristiques, avancement, fonctionnement, structure porteuse et animation, comission locale de l'eau...

Retrouvez tous les Sage sur le site Gest'eau de EauFrance : www.gesteau.fr/sage

arrow_forward Lire la suite

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

12

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

155 vues

Je recommande

12

lecteurs recommandent cet article

Partager :