Dernière mise à jour le : 6 juin 2019

Encore trop de nitrates dans les cours d'eau bretons

Une grande part des nitrates présents dans les cours d'eau bretons viennent des activités d'élevage et de la fertilisation minérale des cultures. Malgré une baisse régulière depuis les années 2000, les concentrations en nitrates sont encore à des niveaux qui dégradent la qualité des eaux.

Les nitrates dans les cours d'eau en Bretagne

Épandus pour nourrir les cultures

Les nitrates sont des composés naturels présents dans tous les écosystèmes. Ils sont l'un des aliments principaux des végétaux (avec le phosphore et le potassium), mais peuvent devenir néfastes pour l'homme et les animaux s'ils sont trop abondants. Ils entrent dans la composition des engrais chimiques et de ceux d'origine animale (fumiers).

Ils sont notamment épandus par les agriculteurs dans les champs et sur les prairies pour nourrir les végétaux. Quand les quantités épandues dépassent les besoins des plantes, ou que la date d'apport ne coïncide pas avec les périodes où les plantes les utilisent, ils peuvent être entraînés par ruissellement de surface dans les cours d'eau ou par lessivage à travers le sol.

 

D'autres sources de nitrates

Les autres causes de contamination par les nitrates sont principalement dues à l'inadaptation de certaines stations d'épuration aux eaux usées qu'elles reçoivent et à l'insuffisance de traitement, ou à l'assainissement non collectif. Les stations de traitement des eaux usées libèrent souvent de fortes concentrations d'ammoniaque et de nitrite dans les masses d'eau, qui peuvent ensuite se transformer en nitrates par oxydation.

Les nitrates sont également utilisés dans diverses applications industrielles telles que photographie, fabrication du verre, gravure, explosifs, colorants textiles, conservation des aliments et matière première dans la production d'acide nitrique.

 

L'eutrophisation des milieux aquatiques et ses manifestations

Par leurs rejets, les activités humaines perturbent le recyclage de l'azote, dégradant localement la qualité de l’eau et la rendant impropre à certains usages. Cette saturation en azote peut provoquer l'eutrophisation des milieux aquatiques. Des manifestations indésirables sont apparues en Bretagne dès les années 1970 et perdurent aujourd'hui telles les proliférations de cyanobactéries dans les eaux douces, ou encore de phytoplancton toxique et d'algues vertes sur le littoral.

 

Accéder aux données

Datavisualisation sur l'évolution depuis 1995 des mesures de concentrations en nitrates réalisées dans les cours d'eau en Bretagne. Une analyse est proposée aux différentes échelles administratives et géographiques, sur l'historique des données disponibles.

Jeu de données présentant la concentration en nitrates dans les cours d'eau bretons.

Auteurs : Emilie Novince et Emmanuèle Savelli (OEB)
Collaborateurs : Patrick Durand (Inra), Michèle Vallet et Olivier Nauleau (Dreal), Fabrice Craipeau et Olivier Brunner (AELB), Elodie Bardon (OEB)

Contenus associés

Choix de la rédaction

La majorité des cours d’eau en Bretagne sont au moins en bon état vis-à-vis de l’eutrophisation

Par leurs rejets, les activités humaines perturbent le recyclage naturel d’éléments chimiques comme l’azote ou le phosphore, dégradant localement la qualité de l’eau et la rendant impropre à certains usages. Cette saturation en azote et phosphore, qui sont des éléments nutritifs pour les végétaux, provoque l'eutrophisation des milieux aquatiques.

arrow_forward Lire la suite

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

3

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

146 vues

Je recommande

3

lecteurs recommandent cet article

Partager :