Dernière mise à jour le : 3 juin 2022

Que pensent les Bretons et les Bretonnes des effets du changement climatique sur leur santé ?

Le changement climatique est la thématique de santé-environnement qui inquiète le plus les Bretons et les Bretonnes après les pesticides. Il influe en effet sur de nombreux facteurs environnementaux liés à la santé : qualité de l’air, de l’eau potable, nourriture en quantité suffisante, vagues de chaleurs, etc.

Ce qu’en pensent les Bretons

84 % de la population bretonne se sent plutôt bien informée sur les effets du changement climatique sur la santé. C’est la thématique de santé-environnement sur laquelle la population se sent la mieux informée parmi celles citées dans l’enquête du baromètre de la santé-environnement 2020 (pesticides, perturbateurs endocriniens, radon, qualité de l’alimentation etc.). Ce sentiment prédomine dans les Côtes-d’Armor.

Après les pesticides, le changement climatique est le thème jugé le plus à risque pour la santé. 67 % de la population régionale l’estime « plutôt élevé » ou « très élevé ». Ce risque est davantage perçu par les habitants des Côtes-d’Armor (78 %), qui se sentent également les mieux informés sur le sujet.

 

La population en Bretagne est préoccupée par les effets du changement climatique sur sa santé

 

Les impacts sanitaires du changement climatique

Le climat breton s’est réchauffé en toutes saisons sur les 50 dernières années : diminution du nombre de jours de gel et augmentation des températures moyennes, minimales et maximales.

En Bretagne, les passages aux urgences et les consultations SOS Médecins pour les pathologies en lien avec la chaleur augmentent durant les périodes de forte chaleur. Le changement climatique peut ainsi avoir des conséquences sanitaires directes comme lors d’une exposition à une vague de chaleur (hospitalisations, décès) mais aussi indirectes associées à la dégradation de la qualité de l’air, de l’eau ou à la prolifération de vecteurs responsables de maladies (chikungunya, dengue, maladie de Lyme).

 

Les îlots de chaleur

À Rennes, la nuit en été, il fait en moyenne plus chaud de 3°C qu'à la campagne. Cette différence peut atteindre 7°C en centre-ville. C'est l'effet ­« îlot de chaleur urbain », une sorte de microclimat artificiel qui peut avoir des impacts importants sur la santé lors des vagues de chaleur et causer une surmortalité dans les villes.

 

Auteurs : Morgane Guillet (OEB)
Collaborateurs : Patricia Bédague (ORS), Alain Le Tertre (Santé publique France), Jacques Le Letty (MCE)
Je recommande

1

lecteur recommande cet article

Partager :

thumb_up
Je recommande

1

lecteur recommande cet article

perm_identity

52 vues

Contenus associés

Choix de la rédaction

Quelles sont les vulnérabilités de la Bretagne face au changement climatique ?

Sans être encore bien nette, l’image que l’on se fait du changement climatique en Bretagne se précise. L’impact sera probablement plus marqué à l’échelle régionale sur le littoral, pour la ressource en eau et pour certaines espèces sensibles à la température.

arrow_forward Lire la suite

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page