Dernière mise à jour le : 20 juin 2019

Une trame écologique bleue

En Bretagne, une variété de milieux humides accueille une faune et une flore, parfois très spécialisées. Certaines espèces, dont l’état de conservation est préoccupant, vivent même exclusivement dans ces habitats aquatiques ou humides. De nombreux obstacles à l’écoulement pèsent encore sur la continuité écologique de cette trame bleue.

Au sein d’un cours d’eau, il y a une forte dépendance entre le milieu (la nature du fond, le type d’écoulement, la température et la qualité de l’eau) et les espèces qui y vivent. En simplifiant, on distingue deux configurations en Bretagne. À l’ouest, les rivières souvent plus pentues sont vives et bien oxygénées. Leurs débits sont soutenus toute l’année par des pluies régulières et des eaux souterraines, restituées par des aquifères de socle. À l’est, les rivières s’écoulent lentement et l’eau se réchauffe dans des paysages moins accidentés. La pluviométrie est moindre, surtout en été, et les débits peuvent même baisser de façon importante jusqu’à des étiages sévères. Les eaux souterraines participent également à l’écoulement, mais parfois le niveau de nappe descend sous le lit mineur du cours d’eau.

 

Beaucoup de petits fleuves côtiers

Les bassins versants de petite taille sont sensibles aux grands changements climatiques. Ils sont nombreux et isolés les uns des autres. C’est ce qui explique le peu d’espèces de poissons d’eau douce en Bretagne au regard du reste de la Métropole - situation héritée des extinctions massives qui ont eu lieu lors des dernières glaciations. Le nombre d’espèces de poissons diminue d’ailleurs d’est en ouest, en raison d’un effet « péninsule », avec la taille des bassins versants et l’isolement géographique. Le contact direct quasi systématique des cours d’eau avec la mer est un autre caractère fort de la région. Ce lien terre - mer est nécessaire aux poissons grands migrateurs dont une partie du cycle biologique se déroule en mer et qui ont besoin de circuler entre le continent et l’océan. Au total, 7 espèces de poissons grands migrateurs fréquentent les eaux bretonnes, notamment le saumon atlantique et l’anguille européenne, qui sont les espèces les plus emblématiques.

 

Saut de saumon Atlantique
Dannymoore1973 - Pixabay |  La Bretagne est l'unique région de France comportant un véritable réseau de rivières à saumons.

 

De la mare au vaste plan d'eau

Parmi les écosystèmes aquatiques bretons, citons les nombreuses étendues d’eau où l’eau stagne plus qu’elle ne court. Le niveau de l’eau y évolue au fil des saisons - parfois jusqu’à l’assèchement. C’est le cas des mares naturelles ponctuant les paysages agricoles et forestiers et qui ont l’intérêt d’accueillir des espèces adaptées parmi la végétation aquatique et les invertébrés (libellules, etc.) ainsi que des amphibiens. C’est le cas également des plans d’eau artificiels plus étendus dont le rôle est majeur pour plusieurs espèces d’oiseaux nicheurs et migrateurs se succédant dans la région [1].

[1] Les plans d’eau artificiels favorisent néanmoins l’évaporation de l’eau et peuvent perturber la continuité écologique des milieux aquatiques.

 

Landes et tourbières

Dans les tourbières, l’eau sature les sols en permanence et le manque d’oxygène ralentit considérablement la décomposition de la matière organique. Elles sont souvent associées à des landes humides. Landes et tourbières couvrent de vastes étendues dans les monts d’Arrée, à Paimpont et dans les landes de Lanvaux. Il existe également des landes naturelles sur les falaises littorales et les dunes, où le vent empêche la pousse des arbres. Landes et tourbières accueillent une flore et une faune très spécialisées, capables de survivre dans des conditions naturelles difficiles.

 

L'azuré des mouillères
INPN | L'azuré des mouillères est un hôte des tourbières et des landes humides. Il naît dans une fleur et grandit dans une fourmilière.

 

Vasières et marais dunaires

Les vasières, les prés salés, et les milieux humides dunaires se nichent dans les nombreuses zones basses, les baies et les abers de la côte bretonne qui alternent avec des falaises rocheuses. La salinité y évolue de l’eau marine à l’eau douce, l'une étant soumise aux régimes des marées, l'autre à la pluviométrie. Les niveaux d’eau et la salinité peuvent changer très fortement au cours de l’année, jusqu’à l’assèchement total en période estivale. Vasières et prés salés occupent un rôle considérable dans le recyclage et la productivité vivante. Le pré salé a ainsi la même productivité par mètres carrés que la forêt équatoriale (2 kg/m²/an de matière sèche) ! De plus, elles sont très efficaces pour atténuer naturellement la force des houles et des vagues par leur effet de tapis-brosse immergé, contribuant ainsi à la protection naturelle du littoral.

Certains de ces secteurs humides sont étendus (par exemple les palues de la baie d’Audierne) et accueillent des successions de communautés végétales riches et variées en fonction du niveau de la nappe phréatique et de la durée d’inondation. On y trouve des populations importantes d’oiseaux migrateurs. À ce titre, deux sites sont des zones humides d’importance internationale « zones Ramsar » : la baie du Mont-Saint-Michel et le golfe du Morbihan.

Huit sites en Bretagne reçoivent en hiver plus de 1 % de la population européenne de certaines espèces de limicoles et anatidés.

 

principales_zones_humides__ oiseaux_migrateurs_bretagne

 

Des indicateurs écologiques préoccupants sur les espèces des milieux humides

Tous ces milieux humides sont essentiels à de nombreuses espèces ; ils servent d’étapes migratoires, de lieu de reproduction, d’abri, mais aussi de lieux d’hivernage et de nourrissage. Certaines espèces vivent même exclusivement dans les cours d’eau ou dans les zones humides. On dit qu’elles leurs sont strictement inféodées. Ces espèces, vulnérables au moindre changement spatial ou climatique, se portent moins bien que les espèces généralistes. La proportion d’espèces en état de conservation défavorable est plus grande chez les espèces inféodées aux milieux humides que celle des espèces généralistes, tout comme la part d’espèces menacées d’extinction à 10 ans.

[2] Indicateur « État de santé des espèces inféodées aux milieux zones humides en Bretagne »

 

faune-specifique-milieux-humides-bretagne

 

Qu'indiquent les peuplements de poissons ?

L’indice poisson rivière (IPR) est un autre moyen d’évaluer l’état de santé des cours d’eau. Il mesure l’écart entre un peuplement de poissons observé et un peuplement de référence théorique d’un cours d’eau de même type, dans des conditions pas ou peu modifiées par l’homme. Il est globalement stable à l’échelle régionale entre 2007-2008 et 2015-2016 avec environ 60 % des stations évaluées en bon et très bon état [3]. Le nombre total d’espèces de poisson reste néanmoins modéré, ce qui indique une dégradation des milieux aquatiques. Cette dégradation se manifeste aussi par la présence d’espèces tolérantes et omnivores qui ont des exigences moindres en termes de qualité de l’eau et des habitats. La plupart des indices poissons mauvais et très mauvais sont à l’est de la région.

[3] Données : Agence française pour la Biodiversité

 

 

Des obstacles à l’écoulement

L’ensemble de ces milieux aquatiques forme une « trame bleue » dont la qualité écologique est intimement liée au cycle de l’eau. Cette qualité repose sur l’intégrité des habitats naturels ainsi que sur leur interconnexion sur l’ensemble du bassin versant, de la source à l’estuaire. Le référentiel des obstacles à l’écoulement (ROE) identifie par exemple les seuils et barrages qui perturbent la circulation de l’eau, des sédiments et des espèces animales, certaines d’entre elles étant plus sensibles que d’autres à ces obstacles. Ce sont pour la plupart des structures inférieures à 2 m de haut, densément implantées sur les cours d’eau de la région. Leur hauteur et leur nombre sur certains tronçons des rivières peuvent constituer des obstacles pour l’ensemble des poissons, et surtout pour les grands migrateurs qui tentent de rejoindre les zones indispensables à leur grossissement et leur reproduction.

Chaque espèce a besoin de rompre l’isolement génétique auquel peut conduire le fractionnement du cours d’eau. Ceci est un critère important de résilience des milieux aquatiques.

Beaucoup d’attentes gravitent autour des rivières car elles sont déterminantes dans l’aménagement du territoire. Une qualité et une quantité d’eau suffisantes sont indispensables au maintien d’écosystèmes riches et diversifiés, mais également pour répondre aux différents usages de l’eau. Dans une région où l’emprise humaine est forte, concilier ces usages tout en atteignant un bon état écologique des cours d’eau, tel qu’il est défini par la directive cadre sur l’Eau, constitue un véritable enjeu.

 

Auteurs : Emmanuèle Savelli (OEB)
Collaborateurs : Thibault Vigneron et Mikaël Le Bihan (AFB), François Siorat (OEB), Caroline Le Calvez (Cedete)
Organisme Associé

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

2

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

60 vues

Je recommande

2

lecteurs recommandent cet article

Partager :