Dernière mise à jour le : 21 juin 2022

Pour produire de l’énergie, la Bretagne exploite des ressources renouvelables et de récupération

La chaleur, l’électricité et le biogaz produits en Bretagne viennent pour l’essentiel du bois, du vent, de l’eau et du soleil. Ils sont également tirés de la valorisation des déchets et de la méthanisation. Dominée par la chaleur, la production d’énergie de la région est en évolution constante depuis 2000, notamment avec l’essor du biogaz depuis 2012. Néanmoins le bois-énergie et l’éolien restent encore les deux principales ressources exploitées.

Une exploitation assez récente de ses ressources énergétiques

À l’exception de l’usine marémotrice de la Rance, la Bretagne était en 2000 un territoire quasiment vierge de tout moyen de production d’énergie renouvelable public ou industriel. Depuis 20 ans, elle a développé l’exploitation d’un mix énergétique qui repose sur des ressources renouvelables, le bois, les énergies éoliennes, hydrauliques et solaires, et des ressources de récupération en valorisant les déchets et en produisant du biogaz par méthanisation.

 

Mieux comprendre

Énergie primaire et énergie finale : quelle la différence ? Pour mesurer la quantité d’énergie produite sur un territoire, on peut considérer soit l’énergie primaire, c’est-à-dire l’énergie potentielle des ressources énergétiques avant toute transformation et/ou pertes, soit l’énergie finale, livrée aux consommateurs pour leur consommation finale.

 

Multipliée par 2 depuis 2005

En Bretagne, la production d’énergie primaire a doublé depuis 2005 pour atteindre 10,8 TWh [1], quasiment aux trois-quarts issus de l’exploitation d’énergies renouvelables. Le bois-énergie représente la moitié des ressources utilisées, ce qui explique l’importance de la chaleur dans la production régionale. Et l’éolien vient en deuxième position, fournissant l’essentiel de l’électricité en Bretagne. Mais la production d'énergie bretonne ne couvre qu'une faible part de la consommation régionale (14,5 % en 2020 [1]).

Selon la ressource utilisée, l’énergie est produite sous la forme de chaleur ou d’électricité (les deux formes d’énergie principales produites en Bretagne), voire de chaleur et d’électricité (ce qu’on appelle la cogénération) ou encore de biogaz (du biométhane).

[1] Source : Mémento des Chiffres clés en Bretagne en 2020. Conférence Bretonne de la Transition énergétique du 21 juin 2022 (OEB).

 

Infographie-production-énergie-bretagne

 

Des investissements industriels et publics mais aussi domestiques

Le développement des moyens de productions repose ces 20 dernières années majoritairement sur des investissements industriels et publics. Les principales filières bénéficiaires de ces investissements sont l’éolien, le bois énergie (et notamment les chaufferies au bois déchiqueté), la méthanisation et le solaire photovoltaïque.

Les investissements domestiques ne sont pas pour autant anecdotiques dans le résultat. Portés sur le renouvellement des installations de chauffage, ils sont masqués par l’augmentation progressive des performances des appareils de chauffage. On observe, en revanche sur deux filières « historiques » des situations de progression nulles ou très faibles : la filière récupération et l’hydroélectricité. Cette situation s’explique par l’absence de diversification de ces filières qui reposent depuis 2000 sur des ressources limitées (incinération des déchets et hydroélectricité en domaine terrestre).

 

 

Aller plus loin et consulter les chiffres clés 2020 sur l'énergie en Bretagne

 

La production de biométhane en forte progression

Depuis 2012, la croissance de la production d’énergie par les filières historiques comme le bois déchiqueté, l’éolien terrestre ou le solaire photovoltaïque avoisine les 30 % [1]. Elle s’est tassée par rapport au milieu des années 2000. En revanche, la production de biométhane est en plein essor (+ 146 % pour le biogaz et + 110 % pour la cogénération gaz [1]). Initiée par le secteur agricole, elle est désormais pour moitié assurée par des installations industrielles. Des sites de stockage de déchets et des stations d’épuration des eaux servent également à produire du biométhane.

 

Aller plus loin et fouiller les données disponibles sur la production d'énergie

 

Autoconsommation et industrialisation de la production d’énergie

Une part croissante de l’énergie produite en Bretagne est autoconsommée [2]. Cela traduit à la fois une réappropriation des enjeux énergétiques par les citoyens et une évolution profonde de l’offre, avec des projets de boucles locales énergétiques. Dans le même temps, l’évolution de la capacité de production des installations énergétiques les plus récentes ou à venir à court terme montre un phénomène d’industrialisation dans la production d’énergie dans la région. Ces deux tendances signalent l’entrée dans une nouvelle ère pour la production d’énergie en Bretagne.

[2] Les chiffres clés de l'énergie en Bretagne (édition 2020), OEB.

 

 

Accéder aux données

Auteurs : Emmanuèle Savelli (OEB) , Thomas Paysant-Leroux (OEB)
Collaborateurs : Alice Le Flahec (OEB)
Je recommande

25

lecteurs recommandent cet article

Partager :

thumb_up
Je recommande

25

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

2101 vues

Contenus associés

Choix de la rédaction

Derrière une apparente stabilité, la consommation d’énergie en Bretagne s’est transformée en profondeur

La consommation d’énergie en Bretagne a amorcé une baisse depuis 2005 qui reste à renforcer pour atteindre les objectifs nationaux en matière d’énergie. La répartition de cette consommation par secteurs et par ressources énergétiques a peu évolué. Même si des réductions notables ont eu lieu dans le secteur résidentiel, les transports et l’usage des produits pétroliers.

arrow_forward Lire la suite

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page