Dernière mise à jour le : 24 septembre 2019

Le centre de sauvegarde de la faune sauvage de l’Île Grande accueille plus d'un millier d'oiseaux blessés chaque année

L’Île Grande en Côtes-d’Armor accueille l’un des six centres français de sauvegarde de la faune sauvage créés par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Né en 1984 suite à plusieurs marées noires, il est spécialisé dans le sauvetage des oiseaux mazoutés. Gilles Bentz, responsable de ce centre de soins, nous explique son fonctionnement et revient sur le bilan de ses 35 années d’existence.

Dans quel contexte est né le centre de soin des oiseaux mazoutés ?

La Bretagne a subi plusieurs marées noires dès la fin des années 1960. Il y a eu l’accident du Torrey Canyon en 1967, puis celui de l’Amocco Cadiz en 1978, et encore celui du Tanio en 1980. Les échouages d’oiseaux mazoutés étaient alors si nombreux que la Ligue pour la protection des oiseaux a décidé de créer en 1984 un centre de soins spécialisé à l’Île Grande, sur la commune de Pleumeur-Bodou en Côtes-d’Armor. Il faut savoir que si les oiseaux marins fréquentent tout le littoral breton, nous sommes, avec ce centre, à seulement quelques kilomètres de la réserve naturelle des Sept-Îles, un haut lieu de reproduction pour les oiseaux marins en Bretagne.

 

Quelles espèces soignez-vous ?

Les centres de sauvegarde de la faune sauvage sont réglementés ; ils disposent d’un agrément et leurs responsables sont titulaires d’un certificat de capacité. Celui de l‘Île Grande possède un agrément pour soigner tous les oiseaux de France métropolitaine.

Si le centre de soin reçoit principalement des oiseaux, depuis 2018 il est habilités à recueillir les petits mammifères (hérissons, écureuils, chauve-souris, etc.). Il posséde également un agrément pour accueillir en transit des mammifères marins. C’est déjà arrivé pour des phoques gris que nous avons redirigés vers le centre de soins spécialisé d’Océanopolis. Lorsque nous recevons des chauves-souris, nous les envoyons au Groupe mammalogique breton.

 

Que faire lorsqu’on trouve un oiseau en détresse ?

En ville comme à la campagne, sur la plage comme au bord d’une route, il existe tout un panel de situations dans lesquelles des oiseaux peuvent se trouver en détresse. Ce sont les tempêtes, les sécheresses et les vagues de froid, mais aussi les chocs routiers ou contre des baies vitrées, l’électrocution sur des câbles électriques, l’empoisonnement, etc. pour n’en citer que quelques-unes.

Il est indispensable d'appeler le centre avant d’intervenir en appelant le centre de sauvegarde le plus proche car il y a des cas où les oiseaux ne sont pas en détresse (jeunes rapaces ou passereaux par exemple). La survie de l’oiseau en dépend !

En Bretagne, il existe deux centres : celui de l’Île Grande joignable pour les quatre départements et la Volée de Piafs à Languidic (56), plus spécifique au Morbihan. Après avoir été placé dans un carton adéquat, l’oiseau requérant des soins est acheminé au centre grâce à un réseau de bénévoles et de transporteurs aidant gracieusement la Ligue pour la protection des oiseaux.

 

Oiseaux en détresse, appelez :

Côtes-d'Armor, Finistère et Ille-et-Vilaine : 06 52 88 20 32

Morbihan : 06 08 98 42 36

 

Comment fonctionne le centre de sauvegarde ?

Le centre est principalement financé par des dons. Il fonctionne avec un poste et demi de salariés, des volontaires en service civique et des dizaines de bénévoles qui se relaient tout au long de l’année. Sa capacité d’accueil maximale est de 200 oiseaux en simultané.

Dès son arrivée au centre, l’oiseau blessé est pris en charge, ausculté, pesé, puis hospitalisé avec un traitement spécifique adapté à l’espèce. Après des soins plus ou moins longs, l’oiseau est mis en volière ou en piscine où il est surveillé. Il y reprend de la masse musculaire et de l'indépendance.

Il faut savoir que les oiseaux mazoutés présentent souvent de nombreux symptômes et des troubles graves comme une intoxication, une hypothermie, une perte de poids, une déshydratation et du stress. Les premières heures sont primordiales pour stabiliser l’état général de l’oiseau. Après avoir repris des forces, il est lavé pour supprimer les hydrocarbures qui le souillent et lui permettre de retrouver un plumage imperméable sans lequel il ne peut survivre.

 

 

centre-sauvegarde-faune-sauvage-infographie

 

Comment participer ?

Pour suivre les actions menées par le Centre de sauvegarde LPO de l'Ile Grande, rendez-vous sur le site de la réserve naturelle des Sept-îles.

Dans notre agenda et sur la page Facebook Ecocitoyens en Bretagne, retrouvez les autres programme de suivi participatifs en cours dans la région, ainsi que les consultations publiques, des manifestations d’écovolontariat, et toutes les informations pour agir pour la préservation de l'environnement en Bretagne !

Auteurs : Emilie Novince (OEB)
Collaborateurs : Gilles Bentz (Station Ornithologique de l’Ile Grande)
Organisme Associé

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

3

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

74 vues

Je recommande

3

lecteurs recommandent cet article

Partager :