Dernière mise à jour le : 25 octobre 2019

Sur l’île de Groix se trouve l’une des premières réserves naturelles nationales de France protégeant un patrimoine géologique

La réserve naturelle nationale française François Le Bail, créée en 1982 sur l’île de Groix, a été l’une des premières en France à protéger des roches et minéraux rares. L’association Bretagne Vivante en assure la gestion. Léa Trifault, conservatrice de la réserve naturelle, dresse pour nous son portrait.

Pourquoi les roches groisillonnes sont-elles si rares ?

Elles témoignent d'un passé géologique vieux de 370 millions d’années. À cette époque, elles appartenaient à un plancher océanique aujourd'hui disparu qui séparait un continent appelé le Gondwana d'un autre continent qui comprenait notamment l'actuelle Bretagne. Ces morceaux d'océans disparus sont rarissimes dans le monde ! De plus, une soixantaine de minéraux ont été décrits sur Groix, certains très beaux et d’autres très rares. Ils confèrent à l'île un patrimoine géologique exceptionnel. Sa richesse en grenats lui a d’ailleurs valu le surnom d'île aux grenats.

 

glaucophanite-epidote-grenat-bail-groix
Crédit photo : RNN François Le Bail  |  Glaucophanite à épidote et grenat

 

Comment l’idée de créer une réserve naturelle est-elle venue ?

Autant de rareté aiguise les appétits. L’île a fait l’objet d’un véritable pillage par les collectionneurs. Certains ont même utilisé de la dynamite sous Beg Melen ! Ces excès mettaient en péril la beauté du site, mais aussi le potentiel de recherches ultérieures et tout simplement le patrimoine à transmettre aux générations futures. L’association Bretagne vivante a donc proposé de créer une réserve naturelle nationale sur critère géologique. Elle a finalement vu le jour en 1982, inaugurant la seconde du genre en France [1].

Cette réserve a été dédiée à François Le Bail en mémoire d’un minéralogiste passionné de Quimper qui a longuement parcouru les falaises groisillonnes et a contribué à la connaissance de ses minéraux. Elle s’étend sur 47 ha auxquels s’ajoute le domaine maritime de 50 ha de la pointe des Chats. C’est l'une des quatre réserves naturelles nationales de Bretagne et la seule dédiée à la protection du patrimoine géologique dans la région.

Si la réserve naturelle de l’Île de Groix ne devait concerner que les roches et les minéraux, ce serait déjà un succès. Mais il y a plus… la réserve protège aussi des pelouses aérohalines et des landes littorales à bruyères cendrée et vagabonde, des habitats exceptionnels à l’échelle européenne, et en outre une colonie d’oiseaux marins nicheurs. Ultime facétie du monde naturel, qui se joue de nos divisions, et entreprend de réconcilier sur un même site patrimoine vivant et patrimoine fossile !

[1] Aujourd’hui, elles sont 24 du même type.

 

fulmar-boreal
Crédit photo : Pascal Legagneur  |  Fulmar boréal
bruyere_vagabonde
Crédit photo : David Jean  |  Bruyère vagabonde

Comment gère-t-on les roches et minéraux dans une réserve ?

À la différence de la flore ou la faune, roches et minéraux ne se reproduisent pas ! Notre premier objectif : protéger in situ les roches et les minéraux de la réserve et préserver ces témoins de l'histoire. Nous surveillons d’éventuelles dégradations naturelles et nous repérons les prélèvements illégaux (extraction, ramassage des roches). La réserve est balisée de panneaux rappelant aux visiteurs la règlementation à respecter. Nous faisons aussi un suivi scientifique des sites remarquables, nous assurons leur inventaire géologique ainsi que leur gestion.

Sensibiliser est aussi l'une des missions fondamentales de la réserve. Pour cela, nous proposons tout au long de l'année des animations pour les groupes scolaires et le grand public. Nous disposons depuis 1992 d’un lieu d’accueil, la Maison de la réserve, ouverte à tous les curieux.

 

Y a-t-il des comportements spécifiquement interdits dans la réserve François Le Bail ?

Évidemment, tout échantillonnage de roches ou de minéraux est interdit, y compris la collecte des galets ou de sables. En revanche, des scientifiques sont parfois autorisés à prélever des roches pour les étudier, et ceci augmente notre connaissance sur l’histoire de ces roches.

 

beg-melen
Crédit photo : Léa Trifault (Bretagne vivante)  |  Beg Melen

Quels sont les temps forts qui ont marqué la réserve depuis sa création ?

La réserve est un lieu de visite pour de nombreux groupes scolaires et pour des étudiants. C’est aussi un lieu d’excursion à l’occasion de congrès ayant lieu en France ou même ailleurs en Europe. Une occasion pour les novices de découvrir le patrimoine géologique de Groix, et pour les savants de s’enquérir des dernières recherches de pointe sur ce site.

 

Comment participer ?

Comment_participerUne maison de la réserve naturelle accueille les visiteurs dans le bourg de Groix (muséographie, boutique, bibliothèque) et des animations sont proposées toute l’année pour le grand public.

Pour suivre les activités de la RNN de Groix, rendez-vous sur le site de l'association Bretagne vivante ou consultez la page Facebook dédiée.

 

Auteurs : Emilie Novince (OEB)
Collaborateurs : Léa Trifault (conservatrice de la réserve)

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

2

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

46 vues

Je recommande

2

lecteurs recommandent cet article

Partager :