Dernière mise à jour le : 30 septembre 2019

Avec Phenomer, le grand public contribue à étudier les microalgues

Lancé en 2013, le programme de science participative Phenomer cherche à améliorer les connaissances sur les efflorescences de phytoplancton marin. Pour cela, il invite tout un chacun à remonter ses observations via l'application Smarphone Phenomer. Amélia Curd et Chantal Le Gac qui coordonnent le dispositif pour l’Ifremer nous parlent de ce dispositif.

Qu’est-ce que Phenomer ?

C’est un programme de science participative qui cherche à acquérir des connaissances sur les efflorescences de microalgues marines. Comme tout dispositif de science participative, il s’appuie sur des observations du grand public. Il suffit de signaler des phénomènes inhabituels dans l’apparence de l’eau de mer, pouvant être attribués à des efflorescences de microalgues. On les reconnaît par exemple lorsque l’eau prend une couleur verte, rouge ou brune, ou en présence de mousse abondante. Des mortalités massives d'organismes marins peuvent aussi en être le signe.

 

eau-rouge-noctiluca-scintillans-ria-etel
Crédit photo : Yves le Medec (Minyvel Environnement/Phenomer)  |  Eau rouge à Noctiluca scintillans 
à proximité de la ria d'Etel, mai 2015

 

Pourquoi étudier les microalgues ?

Il faut bien comprendre que les microalgues sont primordiales pour l’équilibre des écosystèmes marins et pour la production d’oxygène sur notre planète. Elles sont à la base de la chaîne alimentaire en milieu marin. Car elles sont consommées par de nombreux herbivores et animaux filtreurs, par exemple des bivalves ou petits poissons tels que le capelan.

Sous certaines conditions, des microalgues peuvent proliférer ce qui donne à l’eau un aspect inhabituel (eau colorée, présence de mousse). Ces proliférations interviennent suite à un changement de la température de l’eau ou de l’air, de la salinité, de la richesse en éléments nutritifs (azote, phosphore, etc.) ou encore des courants marins.

Bien que l’on ait en mémoire des proliférations de microalgues, surtout celles qui contiennent des espèces toxiques pour la faune marine, ces proliférations ne sont pas toutes nuisibles.

 

mortalite-organismes-marins-pen-bron-turballe
Crédit photo : Ludovic Noisette (Phenomer)  |  Mortalité d'organismes marins à la plage de Pen Bron, la Turballe, juillet 2014.

 

Comment fonctionne Phenomer ?

Depuis 2013, une équipe pluridisciplinaire, coordonnée par l’Ifremer, est en place. Elle regroupe des scientifiques de biologie marine, ainsi que de sciences humaines et sociales, des associations spécialisées en vulgarisation scientifique et des plaisanciers sensibilisés à l’éco-exploration marine. Le périmètre d'étude recouvre la Bretagne et le département de Loire-Atlantique.

En cas d’alerte sur l’apparence inhabituelle de l’eau de mer, des scientifiques déterminent s’il faut intervenir pour effectuer des prélèvements. Ceux-ci sont alors analysés pour identifier les espèces de microalgues présentes.

Le programme s’appuie sur un réseau de structures relais, qui apporte une aide logistique en traitant les prélèvements d’eau de mer apportés par des citoyens puis en les envoyant dans un laboratoire pour l’analyse.

 

Que doivent faire les observateurs ?

Sur le site Web www.phenomer.org, toute la démarche est expliquée en détail. Nous pouvons être prévenus soit par appel téléphonique, application Smartphone ou en remplissant un formulaire en ligne précisant le jour, la localisation et l’étendue du phénomène. Nous avons besoin du maximum d’informations (odeur éventuelle, couleur), de photographies si possible, etc.

- Télécharger l'application Phenomer

- Appeler 02.98.22.44.99

- Remplir le formulaire en ligne

S’il en a la possibilité, l’observateur peut effectuer un prélèvement d’eau selon un protocole simple, précisé sur le site Web, puis le déposer à l’endroit convenu par téléphone avec l’interlocuteur Phenomer.

 

eau-rouge-noctiluca-scintillans-trevignon-tregunc
Crédit photo : Enora Jaffrezic (Phenomer)  |  Eau rouge à Noctiluca scintillans à Trévignon, Tregunc, juillet 2018.

 

Quel est le bilan de Phenomer après ces années d’activité ?

Une carte annuelle des observations ainsi que des images prises au microscope des espèces identifiées sont diffusées sur phenomer.org. Un flux RSS permet de suivre les dernières actualités, qui sont également publiées sur la page Facebook du programme.

 

Infographie programme phenomer

 

Comment participer ?

Pour suivre les activités Phenomer, rendez-vous sur le site Phenomer.

Dans notre agenda et sur la page Facebook Ecocitoyens en Bretagne, retrouvez les autres programmes de suivi participatifs en cours dans la région, ainsi que les consultations publiques, des manifestations d’écovolontariat, et toutes les informations pour agir pour la préservation de l'environnement en Bretagne !

Auteurs : Emilie Novince (OEB)
Collaborateurs : Amélia Curd (Ifremer), Chantal Le Gac (Ifremer)

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

4

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

78 vues

Je recommande

4

lecteurs recommandent cet article

Partager :