Dernière mise à jour le : 19 mars 2019

Réemploi en Bretagne : 96 % des communes disposent d’un site à moins de 15 km.

Les activités de réemploi social et solidaire sont présentes dans toute la Bretagne. Elles contribuent à réduire les volumes de déchets, mais également à consommer moins de nouvelles matières premières.

reemploi-social-solidaire-bretagne-infographie

 

chiffre_cle_prevention_dechets

 

Accéder aux données

acceder_donneesLot de cartes concernant les sites dédiés au réemploi en Bretagne.

Priorité à la prévention et au réemploi

Pourquoi jeter quand on peut réemployer ? La réduction des déchets par le réemploi est l'une des priorités du plan breton de prévention et de gestion des déchets. En Bretagne, le réseau d’acteurs du réemploi est très étendu. Plus de 50 % des communes disposent d’un site à moins de 6 km, et 96 % dans un rayon de 15 km à vol d’oiseau. Il peut s’agir de ressourceries, recycleries [1], salles de revente de vêtements, d’électroménager ou de jouets etc. Vous pouvez retrouver l’ensemble des acteurs concernés en Bretagne sur la cartographie ci-dessous.

[1] Une recyclerie a pour vocation de récupérer, valoriser et/ou réparer, en vue de la revente au grand public, des produits d’occasion ou des produits usagés (ayant le statut de déchets).

 

cartographie-économie-sociale-solidaire-réemploi-Bretagne
Cartographie des acteurs du réemploi en Bretagne

 

Ces sites de réemploi font partie de l’économie sociale et solidaire (ESS). Le fonctionnement interne de ces structures et leurs activités sont fondés sur un principe de solidarité et d'utilité sociale. Par exemple en luttant contre le gaspillage alimentaire, en sensibilisant à la consommation écoresponsable ou en favorisant l’insertion professionnelle de personnes en situation de précarité.

 

Premier maillon de l'économie circulaire

Le réemploi s’inscrit dans une logique d’économie circulaire. Le déchet arrivant en fin de vie retrouve une utilité, limitant la consommation de nouvelles matières premières. Si les produits ne peuvent pas être réutilisés car trop vieux ou abîmés, ils sont alors amenés à être valorisés au maximum (récupération de matière ou production d’énergie).

 

Pourquoi réemployer plutôt que recycler ?

Recycler c’est économiser des ressources. Réemployer, c’est en plus limiter les impacts liés à la préparation des matières premières secondaires (MPS) et à la fabrication de nouveaux produits. Le réemploi permet donc de limiter notre impact sur l’environnement.

La seconde vie n’est parfois pas possible pour les produits dans leur entièreté. La réutilisation prendra alors le pas en valorisant les textiles sous formes de chiffons et en fournissant en pièces détachées les ateliers de réparation… Le recyclage permettra enfin de récupérer les matières des équipements trop abîmés ou ne répondant plus aux normes actuelles afin d’alimenter les process de fabrication en substitution de matières premières. L’ensemble de cette chaîne est conditionné à notre acte d’achat et à notre implication dans le geste de tri. De la qualité des produits consommés et de la gestion en fin de vie dépendra le potentiel de valorisation.
 

Mieux comprendre

Le portail de l'économie sociale et solidaire en Bretagne : ess-bretagne.org

La brochure de l'Ademe : L’économie circulaire en 10 questions

 

Comment agir ?

Grâce à la datavisualisation sur les acteurs de l'économie sociale et solidaire faisant du réemploi en Bretagne, découvrez où donner et où acheter pour faire du réemploi.

Habitants du Pays de Rennes et de Vitré, découvrez « Carte OuVerte » : vous y trouverez toutes les démarches d’économie sociale et solidaire et de développement durable à proximité de chez vous sous forme de carte interactive (zéro déchets, jeter/recycle, réparer, alimentation bio et locale…)

Auteurs : Geoffrey Le Page et Christophe Boué (OEB)
Collaborateurs : Amandine Bonneau (Cress Bretagne)
Je recommande

21

lecteurs recommandent cet article

Partager :

thumb_up
Je recommande

21

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

536 vues

Contenus associés

Choix de la rédaction

Plus de 23 tonnes de produits pyrotechniques de plaisance périmés collectés en une semaine en 2017 en Bretagne

Lorsqu'ils sont périmés, les feux à main, les fumigènes et les fusées parachutes des plaisanciers doivent être collectés par l'éco-organisme Aper Pyro. Si la collecte de ces déchets potentiellement dangereux a lieu toute l'année, les opérations ponctuelles s'avèrent particulièrement efficaces.

arrow_forward Lire la suite

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page