Les pesticides dans les cours d'eau bretons

Par Timothée Besse, OEB
en collaboration avec Clément Roger, DREAL Bretagne Yves-Marie Heno, Office Français de la Biodiversité Florence Fernandez, DRAAF Bretagne Damien Gabion, Agence de l'eau Loire-Bretagne Yvan Hurvois, Agence de l'eau Loire-Bretagne
Mise à jour : 23 janvier 2024
Niveau de lecture
1
eau
agriculture
santé-environnement
patrimoine naturel
Organismes associés
Sommaire de l'article
Sources

OSUR - AELB, NAIADES - OFB, LYXEA - DREAL Bretagne, DRAAF Bretagne

Pour les calculs de concentration, seules les analyses quantifiées (dont le résultat est supérieur au seuil de quantification- remarque analyse 1) sont prises en compte.

La liste des substances actives retenues pour les analyses, ainsi que leur caractérisation, est disponible sur le portail des données ouvertes de l'OEB. C’est le résultat d’une compilation de différentes sources (AELB, OFB, Draaf, Dreal, Ineris, Agence européenne des produits chimiques ECHA).

Les données sur l'eau en Bretagne

La contamination des eaux brutes par les pesticides est généralisée avec une omniprésence des herbicides et des métabolites (> 99 % des analyses), notamment les produits de dégradation du S-métolachlore (dont métolachlore-ESA), analysés par les laboratoires depuis 2017.

L’eau est le compartiment de l’environnement le mieux surveillé et le plus règlementé vis-à-vis de la contamination par les pesticides.
L’augmentation des dépassements des seuils de concentration cumulée est liée au nombre de substances recherchées en laboratoire et à la diversification des substances utilisées en agriculture.

Malgré son interdiction en 2003, l'atrazine et ses métabolites (atrazine-déséthyl et 2-hydroxy atrazine) présentent des concentrations qui, bien que relativement faibles, illustrent leur caractère persistant. Le glyphosate, première substance active vendue en Bretagne (en usage agricole ou non agricole avant la loi Labbé), ainsi que son métabolite l’AMPA, sont quantifiés dans respectivement 35 % et 64 % des stations dans lesquelles ils sont recherchés. Enfin, le prosulfocarbe, deuxième substance vendue en Bretagne et qui remplace l'isoproturon (principal désherbant sur céréales retiré du marché en 2017), est quantifié dans 20 % des stations.

Zoom sur : L'émergence des métabolites

Depuis quelques années, l’analyse de la contamination de l’eau par les substances pesticides inclut les produits de leur dégradation partielle dans l’environnement, désignés plus couramment par le terme « métabolites ». Ils peuvent rester toxiques et parfois plus persistants que la substance mère. Depuis 2015, ils représentent 67 % des quantifications en cours d’eau. Leur prise en compte impacte également le respect de la norme de concentration cumulée de pesticides, puisque chaque substance mère peut se dégrader en plusieurs métabolites.
Les connaissances à acquérir restent importantes : sur un échantillon de 186 substances, présentant un risque de transfert vers les eaux souterraines, évaluées par le BRGM, seulement 173 de leurs 458 métabolites possèdent un étalon qui permettrait leur analyse par les laboratoires et 29 de ces métabolites ont fait l’objet d’au moins une analyse entre 2015 et 2018.

Les métabolites du S-Métolachlore

Le S-métolachlore, dont les usages ont augmenté à la suite du retrait de l’atrazine et de l’acétochlore, est largement employé pour le désherbage des cultures de maïs (c’est la 4ème substance la plus vendue en Bretagne). Il se dégrade principalement en métolachlore-ESA et métolachlore-OXA.

Intégrés aux analyses des laboratoires depuis 2017, ces métabolites sont les substances les plus régulièrement retrouvées dans les cours d’eau (respectivement 99 et 83 % des analyses). La forme (ESA) est présente à des concentrations relativement importantes (0,51 µg/l en moyenne) et 92 % des analyses ne respectent pas les normes utilisées pour l’eau potable.

Du fait de la définition du caractère pertinent de ces métabolites par l'Anses en 2021, de nombreux captages d'eau destinés à la consommation humaine se retrouvent en non-conformité sanitaire et doivent mettre en place des mesures spécifiques.

Dossier : Les pesticides en Bretagne

Image
couverture du dossier Les pesticides en Bretagne

Collection documentaire : Les dossiers de l'environnement en Bretagne

Editeur : Observatoire de l'environnement en Bretagne

Date de parution : 26 novembre 2020

Consulter la publication

Tableau de bord

Explorez les données sur les concentrations en pesticides dans les eaux de surface en Bretagne

Image
icone_eau

Retourner à la page thématique #eau

photo Timothee
Timothée Besse
Chef de projet Eau
Pôle nature & paysages
02 99 35 96 97