Dernière mise à jour le : 20 décembre 2015

Quel est l'impact des volumes prélevés dans les eaux souterraines sur les ressources en eau disponibles en Bretagne ?

DESCRIPTION

Avant d’entreprendre, sur la région Bretagne, une gestion quantitative de la ressource en eau dans le cadre de l’adaptation au changement climatique, il était nécessaire de connaitre préalablement les impacts anthropiques et notamment les prélèvements d’eau sur le territoire et d’évaluer leur impact sur la ressource actuelle. De 1973 à 2011, environ 27 000 points de prélèvement d'eau ont été déclarés au titre du Code Minier sur la région Bretagne. Ces ouvrages utilisent les eaux souterraines, dans le socle principalement, mais aussi dans quelques petits bassins tertiaires et dans quelques rares nappes alluviales, pour des usages variés : eau potable, industriel, élevage, irrigation, domestique… Compte-tenu de cette pression importante et du nombre de déclarations annuelles d’ouvrages en Bretagne (actuellement entre 1 200 à 1 400/an), la question qui se pose est celle de l’impact de ces prélèvements anthropiques sur la ressource en eau souterraine et sur le débit des rivières qui assurent majoritairement le drainage des aquifères. Pour y répondre, le BRGM a réalisé un inventaire des prélèvements d’eau souterraine déclarés sur l’année 2009 auprès de divers organismes (AELB, DREAL, Services de la Police de l’Eau des DDTM, ARS, BRGM), sur toutes les entités hydrogéologiques bretonnes de socle (soit 57 entités BD LISA de niveau 3). Afin d’estimer l’impact des prélèvements sur la ressource en eau, les volumes d’eau souterraine prélevés sur chaque entité hydrogéologique ont ensuite été comparés (i) à la recharge annuelle des eaux souterraines, (ii) à l’écoulement annuel des rivières, et (iii) à l’écoulement des rivières à l’étiage. Cet inventaire constitue une première analyse estimative des prélèvements d’eau souterraine à l’échelle de la Bretagne, qui permet d’identifier des secteurs de plus forts prélèvements pour lesquels il faudrait réaliser un bilan plus précis, en prenant également en compte les prélèvements d’eau superficielle, qui représentent la plus grande partie des prélèvements d’eau en Bretagne, et en estimant la part de l’eau prélevée qui est restituée au milieu. L’effet du changement climatique, avec la diminution probable à venir des pluies efficaces et des ressources en eau, notamment à l’étiage, devrait accentuer les tensions mises en évidence par ce bilan sur l’année 2009.

NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE DETAILLÉE

keyboard_arrow_right Titre : Quel est l'impact des volumes prélevés dans les eaux souterraines sur les ressources en eau disponibles en Bretagne ?
keyboard_arrow_right Type de documentation : Articles
keyboard_arrow_right Auteur(s) personne(s) : Priou Maxime, Reuze Cécilia, Crenner Marion, Naud Elodie, Kamgue Gilles Valdez Tagne, Cuillerier Aurore, MOUGIN Bruno, Lucassou Flora
keyboard_arrow_right Date de publication : 20 décembre 2015
keyboard_arrow_right Editeur(s) : Société géologique de France
keyboard_arrow_right Tags thématiques : hydrosphère, extraction d'eau, gestion de l'eau, ressource en eau
keyboard_arrow_right Mots-clés libres : eau souterraine/prélèvements d'eau/Bretagne région
keyboard_arrow_right Langue : Français
keyboard_arrow_right N° d'édition (ISBN,DOI...) : hal-01279125
keyboard_arrow_right Collection : Géologues, Revue officielle de la Société Géologique de France

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

1

lecteur recommande cet article

perm_identity

5 vues

Je recommande

1

lecteur recommande cet article

Partager :