Dernière mise à jour le : 20 janvier 1995

Quatre siècles de fertilisation - première partie

DESCRIPTION

Entre 1600 et 1840 de grands savants ont exploré les problèmes de la fertilisation. Leurs successeurs ont construit un des chapitres les plus efficaces de l'Agronomie. L'histoire permet une hiérarchisation des problèmes qui leur avait souvent échappé. Les terres de France étaient épuisées à la fin du XVIIIème siècle, par une très longue exploitation par une population très supérieure en nombre à celles des pays voisins. La dégradation de l'humus, le blocage du phosphore et du potassium ainsi que les pertes d'azote, en étaient les manifestations majeures. La Révolution de 1789 a supprimé de nombreuses contraintes : elle a permis la culture des légumineuses fourragères et des plantes sarclées qui ont stoppé la baisse des rendements et entraîné quelques progrès très limités durant le XIXème siècle lequel a connu par ailleurs une quête effrénée de fertilisants, sans résultats appréciables au niveau national. Localement, des succès remarquables ont pu être enregistré. D'autres éléments, au premier rang desquels le potassium, interviennent pour nuancer ce schéma simplifié. La nature très complexe de la fertilisation, en France, depuis quatre siècles.

NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE DETAILLÉE

keyboard_arrow_right Titre : Quatre siècles de fertilisation - première partie
keyboard_arrow_right Type de documentation : Rapports
keyboard_arrow_right Auteur(s) personne(s) : J. BOULAINE
keyboard_arrow_right Date de publication : 20 janvier 1995
keyboard_arrow_right Editeur(s) : Association française pour l'étude des sols (AFES)
keyboard_arrow_right Tags thématiques : azote, phosphore, qualité du sol, travail du sol
keyboard_arrow_right Langue : Français

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

0

lecteur recommande cet article

perm_identity

1 vue

Je recommande

0

lecteur recommande cet article

Partager :