Dernière mise à jour le : 20 janvier 2008

Postface. Ils naviguaient sur les rivages du monde

DESCRIPTION

Extrait du chapitre:
« Il y a trois sortes d'êtres : les vivants, les morts et les marins » aurait dit Anacharsis, un philosophe scythe, six siècles avant notre ère. Douarnenez, en Bretagne, en a porté témoignage. Il y avait là, accrochés aux rochers face à l'ouvert atlantique, au fond d'une baie poissonneuse, des vivants et des morts. Et puis, en Iroise, dans les lointains, au-delà des vagues et des houles, partis parfois pour ne plus revenir, des marins...
« La mer... c'est la femme idéale, celle qu'on veut avoir à soi, qu'on a pas et qu'on cherche... La mer, c'est un virus... le seul coin où on est libre. Tu as un bateau à toi, tu es maître de ta destinée. Tu vas où tu veux. Y'a quelque chose de plus qu'on connaît pas à terre. Je crois que c'est la liberté. Si j'avais 20 ans, je repartirais encore pour les eaux lointaines chercher quelque chose qui n'appartient à personne et qu'on a du plaisir à ramener. » Par ses paroles prononcées lors d'une très populaire émission de France Inter, un « Mauritanien »...

Résumé du livre :
L’histoire des pêches langoustières s’intéresse à une population littorale bretonne et à son activité maritime dans sa globalité. Elle permet de comprendre les tentatives d’adaptation d’une activité halieutique issue d’une structure portuaire traditionnelle et artisanale. La pêche à la langouste, à Douarnenez puis à Camaret, a été, au début du XXe siècle, une activité de substitution de la pêche sardinière. Les pêcheurs langoustiers, appelés « Mauritaniens », tentent de préserver leur modèle artisanal propre, tout en acceptant les adaptations rendues nécessaires par la modernité économique et technique. Ils intègrent également le nouveau cadre politique et législatif qui leur est imposé, mais avec plus de difficultés car celui-ci bouleverse leur liberté. Les modifications successives donnent naissance à deux systèmes langoustiers en évolution permanente. Si celui de Camaret conserve un modèle traditionnel, celui de Douarnenez évolue vers un modèle semi-industriel. Dans les deux ports, la pêche langoustière passe d’une pêche coloniale à une pêche d’exploitation d’un pays du Sud, d’une pêche locale à une pêche européenne. Avec la nécessité de pêcher, les hommes s’adaptent à la conjoncture, mais ils ne maîtrisent pas les enjeux politiques et économiques de leur activité. La mort de la pêche à la langouste en 1990 révèle une incompatibilité entre une exploitation modernisée intensive à grande échelle et une ressource fragile au stock limité. À travers sa thématique maritime, cet ouvrage aborde de nombreux champs de recherche du XXe siècle (politiques et économiques).

NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE DETAILLÉE

keyboard_arrow_right Titre : Postface. Ils naviguaient sur les rivages du monde
keyboard_arrow_right Type de documentation : Livres / Chapitres de livre
keyboard_arrow_right Auteur(s) personne(s) : Boulanger, Jean-Michel Le , PENCALET-KERIVEL Françoise
keyboard_arrow_right Date de publication : 20 janvier 2008
keyboard_arrow_right Editeur(s) : Presses Universitaires de Rennes (P.U.R éditions)
keyboard_arrow_right Tags thématiques : pêche (action), histoire, littoral, pêche professionnelle
keyboard_arrow_right Mots-clés libres : histoire industrielle/histoire maritime/langouste/pêche (activité artisanale)/pêche (activité industrielle)/pêche commerciale/ressource halieutique
keyboard_arrow_right Localisation : DOUARNENEZ
keyboard_arrow_right Langue : Français
keyboard_arrow_right N° d'édition (ISBN,DOI...) : 978-2-7535-0628-2
keyboard_arrow_right Collection : Histoire

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

0

lecteur recommande cet article

perm_identity

1 vue

Je recommande

0

lecteur recommande cet article

Partager :