Dernière mise à jour le : 20 septembre 1957

L'huître portugaise en Bretagne

DESCRIPTION

1. - L'entrée et le dépôt des huîtres portugaises dans les rivières bretonnes d'Etel et de Pénerf ont eu, depuis 1948, d'heureuses conséquences sur l'économie et la prospérité de ces deux secteurs, sans mettre pour autant en danger la culture de l'huître plate. Aucun envahissement, par les gryphées, n'a été constaté à l'intérieur des rivières où se sont déroulés les essais ni sur les collecteurs ou les parcs du bassin morbihannais, centre producteur de l'huître plate. L'extension naturelle de G. angulata est restée limitée à la Vilaine et à son estuaire.

2. - Dans toutes rivières du Morbihan, l'huître portugaise a, de 1954 à 1956, formé des produits génitaux qui sont parvenus à maturité à la fin du mois de juin ou en juillet lorsque la température de l'eau atteignait 18-19° C. Toutefois, la ponte n'a eu lieu régulièrement qu'en Vilaine et, à un moindre degré, à Pénerf et à Etel. Dans le bassin morbihannais, elle a été faible et très limitée. L'expulsion des gamètes a été plus précoce et plus complète en Vilaine que dans les autres rivières; débutant parfois en juillet ou en août, elle a été intense en septembre. En l'absence de ponte, il y a eu dégénérescence des produits génitaux.

a) Une salinité égale ou inférieure à 34 0/00 a, semble-t-il, favorisé partout le développement des gonades, la ponte et l'évolution des larves. Ces conditions, normalement réunies en Vilaine, étaient observées dans le même temps dans la Seudre et le Bassin d'Arcachon mais non dans les autres rivières morbihannaises où une salinité supérieure à 35 0/00 était relevée en été.
b) Une température de l'eau égale ou supérieure à 20-22° a permis des fixations nombreuses (1955) ; une température nettement inférieure n'a cependant pas empêché des fixations limitées (1954-1956).

3. - Le plancton des eaux limoneuses de la Vilaine est caractérisé par l'abondance des diatomées des genres Biddulphia et Coscinodiscus qui forment, pendant l'été et l'automne, une masse considérable alors que prédomine ailleurs le zooplancton. C'est l'indice d'une plus grande richesse en éléments nutritifs. Les fixations sont d'autre part observées très souvent au voisinage de l'écoulement d'eaux d'égoûts, souvent polluées, source vraisemblable d'une nourriture appropriée aux besoins des larves.

4. - Sur le littoral de la Bretagne atlantique, les huîtres portugaises sont, pour la plupart, établies à un niveau de marée correspondant aux basses mers de coefficients 35 à 70, à la limite de la zone des fucus et parfois au-dessus.

5. - Les gryphées récoltées sporadiquement dans les centres morbihannais de production et d'élevage de l'huître plate, y sont très probablement nées; les courants dominants, dans le secteur Pénerf-Vilaine, refoulent la plus grande partie des eaux dans l'estuaire de ce dernier fleuve. Les fixations les plus importantes sont restées aussi limitées depuis 1948 qu'elles ne l'étaient avant l'introduction de la gryphée à Pénerf et à Etel. Elles ont lieu lorsque des conditions de température et parfois de salinité - sont exceptionnellement remplies. Le régime hydrologique actuel des rivières du bassin morbihannais ne paraît pas devoir favoriser, de façon habituelle, la reproduction de Gryphaea angulata LMK.

Notre travail a été grandement facilité par l'aide que nous avons trouvée, soit auprès de MM. les Administrateurs de l'Inscription maritime, chefs des quartiers d'Auray, Vannes, Etel et du personnel des vedettes garde-pêche, soit auprès des ostréiculteurs. Nous remercions particulièrement ceux qui ont mis à notre disposition leurs parcs et leur matériel.

ATTENTION : Ce texte a été extrait du document par un processus automatique, non contrôlé, de reconnaissance optique de caractères (OCR). Il est donc susceptible de comporter des erreurs. En cas de doute, consultez le fichier PDF.

NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE DETAILLÉE

keyboard_arrow_right Titre : L'huître portugaise en Bretagne
keyboard_arrow_right Type de documentation : Articles
keyboard_arrow_right Auteur(s) personne(s) : Marteil Louis
keyboard_arrow_right Date de publication : 20 septembre 1957
keyboard_arrow_right Nombre de pages : 24 p.
keyboard_arrow_right Editeur(s) : Institut scientifique et technique des pêches maritimes (ISTPM)
keyboard_arrow_right Tags thématiques : espèce exotique, mollusque
keyboard_arrow_right Langue : Français
keyboard_arrow_right Collection : Revue des Travaux de l'Institut des Pêches Maritimes

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

2

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

3 vues

Je recommande

2

lecteurs recommandent cet article

Partager :