Dernière mise à jour le : 1 janvier 2006

Évolution des populations de Goélands bruns, argentés et marins Larus fuscus, L. argentatus, L. marinus dans l'archipel de Molène (Bretagne, France) : bilan de 50 ans de suivi des colonies

DESCRIPTION

L'analyse de l'évolution numérique des populations de Goélands bruns, argentés et marins Larus fuscus, argentatus, marinus durant une cinquantaine d'années dans l'archipel de Molène en Bretagne met en évidence de profonds changements et des divergences de tendance démographique selon les espèces. Au début du XXe siècle, ces espèces n'étaient pas présentes et les premières preuves de reproduction sont apportées au début des années 1950. Des années 1960 aux années 1980, les effectifs augmentent rapidement mais les rythmes d'accroissement se sont progressivement ralentis. Si le Goéland argenté a été le plus abondant, avec environ 5 800 couples en 1988, un déclin majeur survient par la suite et il ne reste que 975 couples en 2004 (- 83 %). Pour le Goéland brun, le niveau maximum est atteint en 1992 avec environ 8 580 couples, mais un déclin se produit également et 4 735 couples nichent en 2004 (-45 %). Seul le Goéland marin affiche une tendance positive sur l'ensemble de la période d'étude, mais une stabilisation des effectifs semble se produire et les 466 couples dénombrés en 2004 représentent le niveau maximum actuellement connu. Ces évolutions enregistrées à l'échelle locale illustrent de façon plus marquée celles qui s'observent également à l'échelle nationale pour ces trois espèces de goélands. Les facteurs déterminants responsables de ces évolutions apparaissent être à la fois des variations de la disponibilité et l'abondance des ressources alimentaires d'origine humaine (décharges et pêcheries) et des phénomènes de compétition interspécifique et intraspécifique (compétition spatiale, compétition pour la nourriture et prédation). L'état actuel des connaissances ne permet pas de hiérarchiser ces différents facteurs ni d'appréhender leurs interactions. Le présent bilan souligne donc la nécessité de développer des études sur l'écologie de ces trois espèces dans l'archipel de Molène. Par ailleurs, au plan fondamental, les colonies plurispécifiques de goélands constituent un intéressant modèle d'étude de la prédation et de la compétition intra- et interspécifique agissant sur la dynamique des communautés en milieu insulaire.

NOTICE BIBLIOGRAPHIQUE DETAILLÉE

keyboard_arrow_right Titre : Évolution des populations de Goélands bruns, argentés et marins Larus fuscus, L. argentatus, L. marinus dans l'archipel de Molène (Bretagne, France) : bilan de 50 ans de suivi des colonies
keyboard_arrow_right Type de documentation : Articles
keyboard_arrow_right Auteur(s) personne(s) : YESOU Pierre, CADIOU Bernard
keyboard_arrow_right Date de publication : 1 janvier 2006
keyboard_arrow_right Editeur(s) : Société nationale de protection de la nature (SNPN)
keyboard_arrow_right Tags thématiques : oiseau, démographie
keyboard_arrow_right Mots-clés libres : GOELAND
keyboard_arrow_right Localisation : ILE-MOLENE
keyboard_arrow_right Langue : Français
keyboard_arrow_right Collection : Revue d'écologie : la terre et la vie

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

0

lecteur recommande cet article

perm_identity

30 vues

Je recommande

0

lecteur recommande cet article

Partager :