Dernière mise à jour le : 16 août 2019

Espèces marines introduites dans les eaux bretonnes

Cet indicateur participe à l'évaluation des espèces exotiques envahissantes et de leurs conséquences spécifiques sur le patrimoine naturel en Bretagne.

Que calcule cet indicateur ?

Le nombre d’espèces marines nouvellement introduites dans les eaux bretonnes.

 

Résultat

62 espèces introduites de faune et 23 de flore détectées dans les eaux marines bretonnes en 2010 dont respectivement 22 et 4 impactent la biodiversité, l’économie ou la santé. L’évolution temporelle de la métrique n’est pas encore connue.

 

Méthode et données

Les problématiques environnementales levées par les espèces exotiques introduites sont nombreuses et les enjeux associés parfois importants en matière de conservation de la biodiversité, d’économie ou de santé humaine. Le constat est valable tout autant pour le domaine continental que pour le domaine marin.
Pour ce premier état du présent indicateur, la métrique repose sur le bilan du nombre d’espèces introduites en date de 2010. L’actualisation de l’indicateur permettra de mesurer le nombre de nouvelles espèces introduites et d’une certaine mesure d’apprécier l’effet de la lutte contre les introductions en milieu marin.
La majorité des espèces exotiques (ou allochtones) détectées dans les eaux marines bretonnes sont des espèces qui ont été introduites, soit intentionnellement (culture marine par exemple), soit accidentellement (coques et ballasts liquides des navires).
Pour un certain nombre, leur statut d’exotique est discuté : espèce nouvelle pour la faune bretonne ou non décrite jusqu’ici ? Ces espèces sont dites cryptogéniques.
Selon l’état des connaissances réalisé en 2010, 31 espèces introduites sont en expansion géographique en formant des populations autonomes pérennes qui s’installent en Bretagne et s’y reproduisent. Parmi ces 31, 26 engendrent des problèmes à la biodiversité, à l’économie ou à la santé humaine.

  • Méthode

Sont dites exotiques (ou allochtones) des espèces connues pour n’avoir été présentes dans l’espace considéré (ici les eaux bretonnes) qu’à partir d’une certaine date (on retient la date de l’an 1 600 pour les espèces continentales). Pour un certain nombre d’espèces, leur statut d’allochtone ne peut être tranché : on a pas la certitude qu’il s’agit d’une espèce nouvelle dans le territoire considéré et non pas d’une espèce autochtone mais jamais détectée ou décrite auparavant.
Une vingtaine d’experts régionaux ont mis en commun en 2010 leur connaissance de l’existence d’espèces exotiques dans les eaux bretonnes. De multiples sources bibliographiques ont été croisées et analysées. Pour beaucoup ces données ont été acquises via des dispositifs de surveillance benthique du littoral breton (« REBENT Bretagne », « DCE-Benthos »).
Les eaux bretonnes sont définies comme les eaux côtières (estran compris et jusqu’à la limite des 5 miles) incluant les eaux du golfe normano-breton jusqu’à l’estuaire de la Loire.
Le taux d’actualisation de l’indicateur est calé sur celui utilisé dans le cadre de la Directive Cadre Stratégie Milieu Marin soit au plus tard 2020 pour la prochaine échéance.
La Bretagne a une spécificité particulière par rapport à sa localisation entre deux provinces biogéographiques (lusitanienne et boréale) et donc des conditions notamment abiotiques et des communautés biotiques différentes. Cette distinction en deux sous-régions pourrait s’avérer pertinente pour décliner l’indicateur.

  • Données

Accédez aux données

  • Pour aller plus loin

Datavisualisation Bilan chiffré des espèces exotiques envahissantes en Bretagne

Document de synthèse GIP BE (coord.) 2010. Les espèces marines invasives en Bretagne

Au niveau national
Dans le cadre de la Directive Cadre Stratégie Milieu Marin : Indicateur 2.1.1 = tendances en matière d’abondance, d’évolution temporelle et de répartition spatiale dans le milieu naturel des espèces non indigènes, en particulier des espèces non indigènes envahissantes, notamment dans les zones à risques, en relation avec les principaux vecteurs et voies de propagation de telles espèces. Les entités spatiales utilisées dans le cadre de la DCSMM sont des sous régions marines.

  • Chaine de production

Compilation des données, calcul, mise en forme : OEB juillet 2018. Les données ont été produites lors d’un travail régional collectif animé par l’OEB en 2010 : GIP BE (coord.) 2010. Les espèces marines invasives en Bretagne. Mai 2010. GIP Bretagne environnement, 41 pages.
Principal-e contributeur-trice à l’émergence de l’indicateur : S. Derrien-Courtel (MNHN), F. Viard (station biologique marine Roscoff).

Auteurs : François Siorat (OEB)
Collaborateurs : Frédérique Viard (CNRS), Sandrine Derrien-Courtel (MNHN)
Je recommande

19

lecteurs recommandent cet article

Partager :

thumb_up
Je recommande

19

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

214 vues

Contenus associés

Choix de la rédaction

Évaluer le patrimoine naturel en Bretagne avec un jeu d'indicateurs

Ce jeu d'indicateurs est un outil d'aide à la décision permettant de contextualiser les enjeux pour suivre l'évolution du patrimoine naturel et des paysages en Bretagne à l'échelle régionale, orienter des politiques publiques, apporter aux territoires une mise en perspective de leur patrimoine naturel et de leurs paysages par rapport au contexte régional. Coordonnés et animés par l'OEB, plus d'une cinquantaine d'acteurs régionaux ont déjà permis l'élaboration collective d'une quarantaine d'indicateurs et un travail est en cours sur les prochaines thématiques à couvrir.

arrow_forward Lire la suite

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page