Dernière mise à jour le : 21 octobre 2019

Le réseau piézométrique suit le niveau des nappes d’eau souterraine en Bretagne

Depuis 2003, l’équipe régionale du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) suit le niveau des nappes d’eau souterraine grâce à un réseau de 52 piézomètres répartis en Bretagne. Bruno Mougin, ingénieur hydrogéologue au BRGM, nous explique comment se fait ce suivi et ses nombreuses applications.

Pourquoi surveiller le niveau des nappes d'eau souterraine ?

En mesurant le niveau des nappes d’eau souterraine, le réseau piézométrique suit l’état de recharge des réservoirs souterrains (les aquifères). Cette information est utilisée pour connaître la ressource en eau souterraine disponible et prévoir le débit des cours d’eau, que ce soit lors des sécheresses quand l’eau vient à manquer ou au contraire lors des inondations. La connaissance des niveaux d’eau souterraine aide aussi à mieux comprendre les écoulements souterrains, leur inertie, leur cyclicité, etc.

Le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) est l’opérateur national chargé du réseau piézométrique, pour la directive cadre sur l’Eau, dans le domaine de la surveillance quantitative des eaux souterraines [1].

[1] Source : circulaire du ministère de l’Écologie et du Développement Durable du 26 mars 2002, circulaire de la Direction de l’Eau et de la Biodiversité du Ministère de l’Ecologie du 3 janvier 2011.

 

La situation à la fin de l'année hydrologique

La fin du mois d’août est un moment clef du point de vue de la ressource en eau car elle signale souvent la fin de la période sèche (précédée de la période de recharge), et donc la fin de la tension sur les étiages des cours d’eau. C’est la fin de l’année hydrologique. Au niveau des eaux souterraines, la recharge des nappes se déroule souvent d’octobre à mars, et la vidange d’avril à septembre. Les fins d’années hydrologiques se suivent mais ne se ressemblent pas pour les eaux souterraines en Bretagne.

 

suivi-nappes-eau-souterraines-bretagne-infographie

 

Accéder aux données

La datavisualisation du suivi mensuel du niveau des nappes d'eau souterraine en Bretagne signale si les nappes sont en hausse, stables ou en baisse. Elle compare la situation du niveau des nappes par rapport aux normales mensuelles en précisant si elles sont inférieures ou supérieures à la moyenne ou dans la moyenne. Elle fournit des informations par piézomètre indiquant notamment l'évolution journalière et mensuelle moyenne de sa cote NGF (nivellement général de la France) depuis la date de sa mise en place et sur les 12 derniers mois.

Les données piézométriques sont mises en ligne deux fois par mois sur www.ades.eaufrance.fr (maximum journalier mesuré). Elles sont également disponibles sur sigesbre.brgm.fr. Sur ce même site Web, le BRGM diffuse 8 bulletins de situation des nappes souterraines par an.

 

Comment fonctionne le réseau piézométrique ?

Il compte aujourd’hui 52 piézomètres répartis sur toute la Bretagne, essentiellement mis en place entre 2003 et 2005. Leur emplacement a été choisi pour couvrir les principales formations géologiques, représenter les principaux bassins versants et tenir compte des variations climatiques. On y observe l’évolution naturelle de la profondeur des eaux souterraines grâce à des capteurs de pression ou grâce à des flotteurs. Les mesures sont automatisées avec un contrôle manuel semestriel. Les données horaires sont télétransmises à Rennes à un rythme hebdomadaire.

Nous comptons des utilisateurs nombreux et variés : bureaux d’études, conseils départementaux, syndicats d’eau, préfectures, directions départementales des territoires et de la mer, Agence de l’Eau Loire – Bretagne.

 

Mieux comprendre

Une présentation de ce qu'est la piézométrie sur le site Web du Siges Bretagne.

 

Qui contacter ?

Bruno Mougin, BRGM : Tél. 02 99 84 26 74 ou courriel

Auteurs : Emmanuèle Savelli (OEB)
Collaborateurs : Bruno Mougin (BRGM)

Contenus associés

Choix de la rédaction

Entre surface et sous-sol, l'eau circule dans un réseau interconnecté en Bretagne

Les milieux humides superficiels, par leur fonctionnement naturel, ont un rôle clef sur la qualité et la quantité de la ressource en eau en Bretagne. Les eaux souterraines, grâce à leur bonne répartition dans la région, alimentent en partie les cours d’eau et offrent des réserves partiellement exploitées.

arrow_forward Lire la suite

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

0

lecteur recommande cet article

perm_identity

92 vues

Je recommande

0

lecteur recommande cet article

Partager :