Dernière mise à jour le : 4 janvier 2021

Offrir des refuges aux chauves-souris pour endiguer leur disparition en Bretagne

Comment endiguer la disparition des chauves-souris ? Le Groupe mammalogique breton (GMB) propose à ceux qui le souhaitent d'offrir un refuge à ces mammifères volants. Catherine Caroff, chargée de mission « études et médiation pour les mammifères sauvages » au GMB, nous explique la démarche à suivre et les résultats obtenus à ce jour.

Pourquoi avoir créé l’opération « Refuges pour les chauves-souris » ?

Sans en avoir conscience, on peut nuire aux chauves-souris. C’est le cas, par exemple, lorsqu’on entretient ou rénove un bâtiment sans savoir qu’il abrite des chauves-souris ou en pensant que la cohabitation est impossible. C’est aussi le cas lorsqu’on supprime des haies ou que l’on utilise des pesticides dans un jardin ou des espaces naturels servant de zone de chasse pour ces mammifères ailés. C’est donc souvent le manque d’information et la méconnaissance qui sont préjudiciables aux chauves-souris. À tel point que pratiquement toutes les espèces de chauves-souris sont en régression en Bretagne.

 

pipistrelle commune chez un particulier - philippe de Fernez
Crédit photo : Philippe de Fernez  |  Pipistrelle commune chez un particulier

Qui porte ce programme ?

Cet outil a été créé en Bretagne en 2006 par le Groupe mammalogique breton (GMB). Il a ensuite été repris au niveau national par la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM) qui mène l’opération avec l’appui en région des associations locales ou des groupes chiroptères existants. En Bretagne, le GMB poursuit le déploiement de l’opération.

 

En quoi consistent ces refuges ?

En créant un refuge pour les chauves-souris, un propriétaire s’engage à maintenir un environnement propice à ces animaux. Il va par exemple éviter de les déranger pendant les périodes où elles sont présentes dans le bâti, conserver le libre accès aux gîtes, ne pas utiliser de substances toxiques sur les charpentes ou encore préserver des arbres creux, etc.

Il existe plusieurs façons d’être accueillant pour les chauves-souris.

Outre ces engagements nécessaires à la survie des chauves-souris et au maintien de leurs populations, les propriétaires peuvent aussi aller plus loin en créant des accès supplémentaires, en installant des nichoirs artificiels, ou encore en gérant leurs jardins de façon à encourager sa fréquentation par les chauves-souris - ce qui sera aussi profitable à bien d’autres espèces.

 

Qui peut créer un refuge et comment procéder ?

Tout propriétaire privé (particulier, association) ou public (commune, collectivité territoriale) soucieux de la préservation de son patrimoine naturel et prêt à s’engager moralement avec le GMB.

Pour créer un refuge, il faut d’abord faire l’état de lieux des espaces de la propriété fréquentés ou favorables aux chauves-souris. Le GMB prépare ensuite une convention qui identifie les sites concernés et liste les préconisations et actions volontaires que le propriétaire mettra en œuvre à l’occasion de ses interventions et travaux dans la zone refuge. Cette convention est signée par le propriétaire et le GMB : il s’agit d’un engagement moral.

 

Nichoirs à chauves-souris
Crédit photo : Josselin Boireau (GMB)  |  Nichoirs à chauves-souris

Un guide technique « Accueillir des chauves-souris dans le bâti et les jardins » propose les solutions concrètes et pratiques et le GMB apporte au besoin son assistance et son conseil. L’ensemble de ces documents est fourni à chaque nouveau pétitionnaire, de même qu’un panneau signalant le refuge. Le signataire reçoit ensuite une lettre de liaison électronique semestrielle réalisée par la SFEPM, qui fourmille d’idées d’aménagements, d’expériences et de témoignages.

 

Quel bilan faites-vous de l’opération ?

Répartition des refuges en BretagneLe GMB propose sur son site web un comptage en temps réel des refuges créés en Bretagne ainsi qu'une carte interactive permettant de les localiser et de savoir s'ils sont chez des particuliers (points jaunes sur la carte ci-contre), des collectivités (points bleus) ou des associations (points verts).

 

 

 

Indicateur refuges pour les chauves-souris

 

 

 

Mieux comprendre

Consultez :

 

 

Accéder aux données

Carte des milieux indispensables autour des sites prioritaires à chauves-souris dans les Chiffres clés de l'environnement en Bretagne (édition 2014 - Rubrique patrimoine naturel)

 

Qui contacter ?

Catherine Caroff, GMB : Tel. 02 98 24 14 00 - catherine.caroff [at] gmb.bzh (Courriel.)

Auteurs : Emilie Novince (OEB)
Collaborateurs : Catherine Caroff (GMB)
Organisme Associé
Je recommande

6

lecteurs recommandent cet article

Partager :

thumb_up
Je recommande

6

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

210 vues

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page