Dernière mise à jour le : 10 octobre 2020

Le parc hydroélectrique en Bretagne est modeste et ancien

La production hydroélectrique de l’usine marémotrice de la Rance étant relativement stable dans le temps, celle des barrages continentaux dépend de l’exploitation du réseau hydrographique et surtout de la pluviométrie. Or la capacité de production des installations continentales diminue depuis quelques années.

Près de 90 % de l’hydroélectricité produite en Bretagne vient de l’usine marémotrice de la Rance

Ne pouvant tirer parti de ses reliefs pour produire de l’hydroélectricité (le point culminant est à moins de 400 m), la Bretagne s’est tournée vers la mer. Son littoral Nord est soumis à une différence de hauteur entre la basse mer et la pleine mer (le marnage) de 14 m au maximum. C’est ce marnage exceptionnel - l’un des plus forts en Europe - qui a motivé la construction dans les années 1960 de l’usine marémotrice à l’embouchure de la Rance. Cette usine fournit chaque année près de 90 % de l’hydroélectricité de la région (environ 500 GWh), soit l'équivalent des besoins résidentiels d'une ville comme Rennes (215 000 habitants).

 

618 GWh d'hydroélectricité produits en 2020 en Bretagne par un parc modeste et ancien

 

Une majorité d'installation hydroélectriques continentales mises en service au début du XXe siècle

En tenant compte de l’usine marémotrice de la Rance, la capacité totale du parc hydroélectrique breton en injection réseau s’établit en 2019 à 271 MW. Le faible potentiel hydroélectrique des bassins versants de la région explique que le parc des installations produisant de l’hydroélectricité ne représente que 1 % du parc national.

La production hydroélectrique a été une filière pionnière en Bretagne et dans le monde dans le domaine de l’électricité. Les premières installations datent de la fin du XIXe siècle. La plupart des installations bretonnes actuelles ont été mises en service au début du XXe siècle. Une vague plus récente d’unités est constatée depuis le début des années 2000. Elle concerne majoritairement la réhabilitation d’ouvrages anciens et de petite capacité en injection totale ou partielle. Les ouvrages de plus grandes tailles bénéficient, eux, d’un moindre intérêt du fait des coûts d’entretiens associés.

 

Deux bassins versants concentrent les unités hydroélectriques continentales

Les unités hydroélectriques continentales sont situées majoritairement sur deux bassins versants : le Blavet de sa source à la mer (60 %) et Côtiers de la pointe de Bloscon à la pointe du Raz (21 %), Depuis 2015, ce parc s’est diversifié par la mise en service de deux hydroliennes expérimentales qui ont été installées au large de Paimpol-Bréhat et d’Ouessant.

En excluant le site de la Rance, le parc hydroélectrique breton totalise 33 MW. La capacité de production hydroélectrique continentale a baissé de 11 % en moins de 10 ans, dont 7 % ces 3 dernières années. L’importance de la production de l’usine de la Rance tend à masquer les fluctuations de la production des unités continentales impactées essentiellement par les évolutions de la pluviométrie. Les sécheresses réduisent la production.

 

Des ouvrages hydrauliques associés à d’autres usages

Bien qu’il s’agisse d’une filière mineure en termes de capacité et de production, les ouvrages hydrauliques producteurs d'électricité assurent d’autres fonctions sur le territoire breton qui peuvent être importantes : écrêtement des crues, alimentation en eau potable, activité industrielle, transport, etc. Les ouvrages dédiés à la production d’électricité ou convertis à cette production pour l’injection sur le réseau électrique sont peu nombreux. Ils représentent, en 2019, 1 % du référentiel des obstacles à l’écoulement (ROE). Ce dernier sert à identifier les ouvrages qui altèrent les caractéristiques physiques naturelles des cours d’eau (leur hydromorphologie), augmentent leur fragmentation et empêchent les espèces aquatiques de remonter le réseau hydrographique (par exemple les poissons grands migrateurs comme le saumon atlantique ou l’anguille d’Europe).

 

Mieux comprendre

 

Accéder aux données

Jeu de données concernant l'énergie hydroélectrique en Bretagne.

Auteurs : Emmanuèle Savelli (OEB)
Collaborateurs : Thomas Paysant - Le Roux (OEB)
Je recommande

14

lecteurs recommandent cet article

Partager :

thumb_up
Je recommande

14

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

584 vues

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page