Dernière mise à jour le : 1 septembre 2018

Matières phosphorées dans les cours d'eau bretons

Le phosphore constitue un enjeu prioritaire sur différents territoires de SAGE bretons en lien avec les phénomènes d’eutrophisation des plans d’eau, des rivières et/ou du littoral. 

Bien qu'étant un élément indispensable aux écosystèmes, le phosphore est naturellement présent qu’en très faible quantité. Les introductions récentes et massives de phosphore dans l’environnement, du fait du lessivage des terres cultivées (sources diffuses) et de l'augmentation des eaux usées domestiques (sources ponctuelles), contribuent à l’accroissement rapide de ses concentrations dans les milieux aquatiques, ce qui en fait, avec l'azote, le principal responsable du processus d’eutrophisation. En ce qui intéresse la pollution de l’eau, le phosphore se distingue sous sa forme organique (résidu de matière vivante) et minérale (essentiellement constitués d'ions orthophosphates).

Phosphore total

Le phosphore total est en fait la somme du phosphore organique et du phosphore minéral. Dans les eaux superficielles, la teneur naturelle en phosphore total est de moins de 0.1 mg/l.

 

Orthophosphates

La fraction dissoute du phosphore comprend notament les ions orthophosphates qui constituent la seule forme biodisponible pour les végétaux. Les concentrations en ions orthophosphates des milieux naturels sont très faibles (moins de 0.2mg/litre). Retrouvés en forte concentrations, ils sont le signe de milieux très perturbés par les activités humaines (déverssements urbains ou pratiques agricoles).

 

Auteurs : Elodie Bardon (OEB)

Contenus associés

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page
thumb_up
Je recommande

0

lecteur recommande cet article

perm_identity

80 vues

Je recommande

0

lecteur recommande cet article

Partagez :