Dernière mise à jour le : 26 novembre 2019

La Pointe du Raz en Cap Sizun : un « Grand Site de France » qui ne cesse de s’étendre

Depuis 2004, la pointe du Raz en cap Sizun a obtenu trois fois de suite la labellisation « Grand Site de France ». L’équipe du Syndicat mixte du Grand Site pointe du Raz en cap Sizun nous explique l’évolution dans le temps et l’espace de ce projet de territoire commencé avec les pionniers de ce dispositif.

Du Grand Site de France « Pointe du Raz » à celui de la « Pointe du Raz en Cap Sizun », que s’est-il passé ?

Tout est parti en 1989 de l’envie de réhabiliter et de préserver 200 hectares d’espaces naturels, comprenant la pointe du Raz, la baie des Trépassés et la pointe du Van. Ces espaces appartiennent au Conservatoire du Littoral et au Conseil départemental du Finistère. Le Syndicat mixte de la pointe du Raz a obtenu la labellisation « Grand Site de France » en 2004, pour 6 ans. Il fait partie des quatre premiers sites en France (avec l’Aven d’Orgnac, le Pont du Gard et le Massif Sainte Victoire) à recevoir ce label du ministère en charge de l’Écologie [1].

Après une étude stratégique de développement du « Grand Site de France », c’est la communauté de communes du Cap Sizun qui a déposé en 2012 le dossier de candidature pour le renouvellement du label avec son obtention la même année, à deux différences près : le périmètre de protection a décuplé, passant de 200 à 2 024 ha, et le nom du Grand site de France a changé et s’appelle la « Pointe du Raz en Cap Sizun ».

[1] Les « Grands Sites de France » sont encadrés par le Code de l'environnement Art. L 341-15-1, depuis la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement, loi dite « Grenelle 2 ».

 

La troisième labellisation a eu lieu en 2019, de nouveau pour 6 ans ; aujourd’hui elle couvre 8 679 ha et comprend 5 communes : Plogoff, Cléden Cap Sizun, Goulien, Beuzec Cap Sizun et Primelin.

Pouvez-vous nous donner un aperçu de la richesse patrimoniale de la Pointe du Raz en Cap Sizun ?

Pour comprendre quelle est la richesse de ce territoire, il suffit de voir l’attention portée à sa préservation. 16 % du territoire est couvert par des sites classés ou inscrits. 2 841 ha sont des sites du réseau écologique européen « Natura 2000 ». On y trouve également des « Espaces boisés classés », des « Sites archéologiques classés » ou encore des « Monuments historiques classés ».

 

Crédit photographique : Emmanuel Berthier |  Chapelle Saint-They classée au titre des monuments historiques

 

 

Quels sont les enjeux concernant les paysages et le patrimoine naturel ?

On est un peu « au bout du monde », ici, avec des paysages peu habités, à l’équilibre fragile. Il existe un lien étroit entre la qualité paysagère des sites et la qualité des milieux naturels. Sur la frange littorale, les hautes falaises et les plateaux atteignent jusqu’à 100 m d’altitude ; dans l’arrière-pays, le bocage dense prédomine sur les paysages urbains. En effet la densité de population du cap Sizun est faible avec 90 hab/km² contre 134 hab/km² dans le Finistère. Ces espaces naturels et ruraux sont parsemés de zones humides, de vallée, de cours d’eau, etc.

Les plateaux littoraux sont constitués de pelouses (lichens et fougères) et de landes (ajoncs et bruyères). Aux pieds des falaises, le wakamé Irlandais (algue brune) est observable à marée basse. Quant à la Baie des Trépassés, elle accueille l’ivraie du Portugal, une graminée annuelle inscrite sur la liste rouge. Ces habitats naturels d’intérêt communautaire sont adaptés à la rudesse des conditions biophysiques (acidité des sols, vents, embruns, etc.) et accueillent une faune rare et protégée. Pour exemple, les colonies d’oiseaux marins sont emblématiques du territoire avec notamment les mouettes tridactyles et les craves à bec rouge.

 

Crédit photographique : Emmanuelle CAM |  Mouette tridactyle

 

Côté mammifères, les loutres et les phoques gris sont également observés. Dans les terres, des espèces protégées au niveau national sont présentes comme le hérisson d’Europe et le campagnol amphibie. Maintenir les différents habitats permet de préserver la diversité de la faune dont certaines espèces sont en voie de raréfaction.

 

La qualité paysagère passe aussi par un héritage culturel fort sur le territoire.

 

Outre le folklore breton (musique bretonne, fêtes traditionnelles, etc.), le patrimoine vernaculaire participe à l’identité locale : murets, lavoirs, fontaines, moulins, etc. Les édifices religieux (calvaires, enclos paroissiaux) et militaires imprègnent également les lieux.

 

Crédit photographique : Syndicat mixte pointe du Raz en cap Sizun |  Déambulation musicale au Moulin de Kériolet

 

 

Qui participe au « Grand Site de France » ?

Le portage de la dynamique « Grand Site de France » a varié à travers le temps avec deux opérateurs principaux : le Syndicat mixte de la pointe du Raz en 2004, la Communauté de communes du cap Sizun en 2012, le Syndicat mixte du Grand Site pointe du Raz en cap Sizun en 2019. Aujourd’hui, le label donc est porté par un opérateur unique, qui connaît de nouvelles préfigurations, à commencer par son nom.

Nous travaillons en étroite collaboration avec la Communauté de communes cap Sizun - pointe du Raz, l’Office intercommunal du tourisme, le Département du Finistère et la Région Bretagne. Pour la gestion opérationnelle, nous travaillons de manière rapprochée avec une variété d’acteurs : les communes du territoire, le Conservatoire du littoral, Bretagne vivante, etc. Selon les actions à mener, nous mobilisons aussi des habitants, des artisans, des commerçants, etc.

 

Quel bilan faites-vous de vos actions ?

En 2012, nous nous étions donné 4 enjeux principaux :

  • Préserver, gérer et valoriser durablement les espaces ;
  • Informer, accueillir et accompagner le visiteur ;
  • Enrichir l’expérience du visiteur ;
  • Observer, évaluer et partager.

Dans ce cadre, de nombreuses actions ont été menées. Pour exemple, nous avons renforcé la gestion des espaces naturels notamment avec l’entretien des sentiers, l’élaboration de conventions d’usage agricole [2], la maîtrise de l’équilibre de la faune et de la flore via des conventions avec les sociétés de chasse locale, etc. Par ailleurs, grâce à un schéma d’accueil des visiteurs, nous avons amélioré la signalisation, le réaménagement de la maison d’accueil, etc.

Pour enrichir l’expérience du visiteur, nous proposons des animations variées (visites guidées, expositions, etc.). Dans le même temps, le projet de création d’une véloroute allant de la Pointe du Raz à Douarnenez doit faciliter les mobilités douces. Enfin, nous avons mis en place plusieurs outils pour mieux cerner les évolutions paysagères et les pressions sur le patrimoine naturel (observatoire photographique du paysage, inventaire du patrimoine bâti, observation de la pression humaine sur les sites, etc.).

 

[2] Une dizaine de conventions a été réalisée avec les agricultures du territoire pour notamment faciliter leur installation sur le territoire permettant un entretien des terrains via des pâturages extensifs, des fauches, etc.

 

 

Crédit photographique : Emmanuel Berthier |  Maison de la Pointe du Raz et du Cap Sizun

 

Quels sont vos projets pour 2024 ?

Nous restons en partie dans la continuité et dans le même temps, nous voulons mettre l’accent sur l’inventivité. Nous allons mettre en œuvre un plan de paysage, en restaurant le patrimoine vernaculaire ou encore en requalifiant les entrées et centres bourgs. L’accueil du public reste primordial avec comme visée de finaliser la véloroute, de réaliser une charte de signalétique et de mobilier, d’élaborer une nouvelle politique de médiation à la Maison du site, etc.

Enfin, le « Grand Site de France » doit fédérer les territoires et doit être exemplaire en matière de transition écologique et solidaire en réduisant par exemple l’empreinte écologique de ses actions. Aussi, le lien avec les habitants est essentiel pour donner sens et donner vie aux paysages de la pointe du Raz en cap Sizun.

 

Qui contacter ?

Maison de la Pointe du Raz et du Cap Sizun, Tél. : 02 98 70 67 18

     

     

    Auteurs : Caroline Guittet (OEB)
    Collaborateurs : M.-C. Le Clézio (SM du Grand site point du Raz en cap Sizun)

    Contenus associés

    Les plus récents

    Les plus Consultés

    Les plus Recommandés

    keyboard_arrow_up Haut de page
    thumb_up
    Je recommande

    0

    lecteur recommande cet article

    perm_identity

    27 vues

    Je recommande

    0

    lecteur recommande cet article

    Partager :