Dernière mise à jour le : 14 novembre 2019

12 millions de tonnes de déchets sont produits en Bretagne chaque année

En 2016, plus de 12 millions de tonnes de déchets ont été produits en Bretagne. Loin devant l'industrie, le commerce ou les ménages, le plus gros producteur est le secteur du bâtiment et des travaux publics. Ces déchets sont pour l’essentiel inertes avec un fort potentiel de recyclage.

Lorsqu'on s'intéresse à l'ensemble des déchets produits en Bretagne, on constate que 70 % des déchets proviennent du secteur du bâtiment et des travaux publics. Bien que les déchets des ménages concernent chaque Breton, ils n'arrivent qu'en dernière position des trois gisements de déchets régionaux.

 

dechets-bretagne-infographie

 

Trois origines de déchets

Les déchets sont généralement classés en trois origines :

  • Les déchets des ménages sont produits par les habitants. Ces déchets sont, dans leur grande majorité, collectés par les collectivités territoriales compétentes. Ils comprennent les collectes sélectives (emballages, journaux, verre, déchets fermentescibles, etc.), la collecte des ordures ménagères résiduelles (la poubelle grise) et la collecte en déchèteries (encombrants, végétaux, déblais et gravats etc.). Une part des déchets des ménages est directement prise en charge par certains éco-organismes dans le cadre de collectes spécifiques (textiles, lampes, piles, médicaments, etc.) ou dans le cadre des opérations reprise « 1 pour 1 » (électroménager, etc.).
     
  • Les déchets d’activités économiques regroupent tous les déchets dont le producteur n’est pas un ménage. Ce qui inclut notamment les entreprises industrielles, artisans, commerçants, écoles, services publics, hôpitaux, services tertiaires et les déchets produits par les particuliers hors de leurs domiciles. Ces déchets sont collectés par des entreprises privées ou par le service public quand ils sont dits « assimilés ». C’est-à-dire lorsqu’ils sont collectés dans les mêmes conditions que les ordures ménagères.
     
  • Les déchets du bâtiment et des travaux publics, bien qu’étant des déchets d’activités économiques, sont en général identifiés séparément. Ils représentent 70 % des déchets bretons et proviennent surtout des travaux publics (démolition, réhabilitation). Ils sont essentiellement inertes (à 94 %).

 

Les déchets ménagers en Bretagne

Déchets ménagers et assimilés, ou DMA, de quoi parle-t-on ?

Ce libellé désigne les déchets collectés par les collectivités territoriales compétentes c’est à dire les déchets des ménages et les déchets des activités économiques dits « assimilés », comme les déchets de certaines entreprises (artisans, commerçants, bureaux, etc.) et du secteur public (administrations, hôpitaux, etc.). Les dernières études font état de 20 % d’assimilés dans les DMA. En 2017, un Breton produisait en moyenne 687 kg de DMA, ce qui est plus que la moyenne nationale (583 kg/hab pour la même année). Ce tonnage est en hausse de 4 % par rapport à 2010 alors le Code de l'Environnement fixe un objectif de -15 % des DMA à l'échéance 2030.

 

évolution-quantité-déchets-ménagers-assimilés-habitant-bretagne

 

Trois niveaux de dangerosité des déchets

Les déchets sont également classés en trois catégories de « dangerosité ». En Bretagne on retrouve :

  • 68 % de déchets inertes (terres, roches, béton, briques, etc.) : un déchet inerte ne subit aucune modification physique, chimique ou biologique importante. Il ne se décompose pas, ne brûle pas, n'est pas biodégradable et ne détériore pas les matières avec lesquelles il entre en contact. Ce sont pour l’essentiel des déchets minéraux.
     
  • 2,3 % de déchets dangereux (amiante, plomb, goudron, etc.) : ces déchets contiennent des éléments toxiques ou dangereux qui présentent des risques pour la santé humaine ou l’environnement. Un déchet est classé dangereux s’il présente une ou plusieurs des quinze propriétés de danger énumérées à l’annexe 1 de l’article R541-8 du Code de l’environnement.
     
  • 30 % de déchets non dangereux et non inertes (métaux, bois bruts, plâtre, plastique, vitrage, etc.) : tout déchet qui ne présente aucune des propriétés qui rendent un déchet inerte ou dangereux.

 

Un fort potentiel de valorisation

Contrairement aux déchets des ménages et des activités économiques, ceux du BTP sont essentiellement inertes (terres, roches, béton, briques, etc.) et présentent un fort potentiel de valorisation. Le Code de l’environnement fixe comme objectif qu’au moins 70 % des déchets non dangereux du BTP soient valorisés en 2020. Ce taux de valorisation atteint 50 % en Bretagne qui dispose encore d'une marge de progression importante. Environ 40 % des déchets des travaux publics sont néanmoins réemployés directement sur site. Le plan régional de gestion et de prévention des déchets préconise différents leviers pour augmenter ces pourcentages, notamment favoriser l’écoconstruction, développer le réemploi et déployer la pratique du tri sur les chantiers.

 

indicateur-valorisation-déchets-ménagers-assimilés-bretagne

 

Si l’objectif de valorisation de 70 % des déchets du BTP recyclés n’est pas encore atteint, les déchets ménagers et assimilés sont quant à eux bien valorisés. Leur taux de valorisation actuel est de 64 %, dépassant l'objectif réglementaire national de 55 % en 2020 et 65 % en 2025. Il faut toutefois noter que ces bons résultats s'expliquent par de très forts tonnages de végétaux collectés et envoyés vers des filières de valorisation organique (compostage). Le taux de tri des déchets non dangereux non inertes du commerce et des industries est quant à lui estimé à 76 %.

Vers la fin de l'enfouissement ?

Les déchets restants qui n’ont pas pu être valorisés sont aujourd’hui amenés à être enfouis ou incinérés. Dans son plan régional de gestion et de prévention des déchets, la Bretagne vise 100 % de valorisation pour tous les types de déchets afin de baisser la part destinée à l'élimination. Objectifs : atteindre zéro enfouissement en 2030 et zéro déchets en 2040, ceux-ci devant être considérés comme des ressources.

 

indicateur enfouissement stockage déchets bretagne

 

Mieux comprendre

Les grands principes de la réglementation européenne sur les déchets expliqués par l'Ademe.

 

Accéder aux données

Datavisualisations sur l'évolution des gisements et des traitements des déchets du commerce et de l'industrie, ainsi que des déchets ménagers et assimilés en Bretagne.

Jeu de données sur le gisement des déchets en Bretagne.

 

Auteurs : Emmanuèle Savelli (OEB), Morgane Guillet (OEB)
Collaborateurs : Christophe Boué (OEB), Martine Chrétien (CRB)
Organismes Associés
Je recommande

10

lecteurs recommandent cet article

Partager :

thumb_up
Je recommande

10

lecteurs recommandent cet article

perm_identity

318 vues

Contenus associés

Choix de la rédaction

Les ménages bretons produisent en moyenne 680 kg de déchets par an

Avec une production par habitant d'ordures ménagères non triées sous la moyenne nationale, un volume de déchets végétaux élevé et des disparités sur son territoire, la Bretagne présente un profil atypique en matière de déchets ménagers et assimilés.

arrow_forward Lire la suite

Les plus récents

Les plus Consultés

Les plus Recommandés

keyboard_arrow_up Haut de page